Le groupe automobile Renault-Nissan et l’entreprise Microsoft annoncent ce lundi dans un communiqué avoir signé un accord de partenariat mondial "pour développer les technologies de demain qui feront progresser les expériences de conduite connectée".

Que ceux qui s’inquiètent de devoir voyager à bord de voitures autonomes, ou du moins connectées, dans un futur plus ou moins proche se fassent à l’idée : oui, l'avenir automobile est intimement liée au cloud, au point que le constructeur franco-japonais Renault-Nissan a décidé de signer un partenariat mondial avec le géant de la tech Microsoft.

VOIR AUSSI : Dans moins de 20 ans, 21 millions de voitures autonomes rouleront dans le monde

Ensemble, les deux groupes projettent de développer les futurs services connectés des véhicules en utilisant l’une des offres de cloud de Microsoft, Microsoft Azure. "Même si l’expérience du véhicule connecté n’en est qu’à ses débuts, nous sommes convaincus qu’elle recèle un potentiel gigantesque qui va révolutionner le métier. Le but de ce partenariat est de donner un coup d’accélérateur à la stratégie de Renault-Nissan en matière de cloud et de mobilité, ce qui ouvrira la voie à des expériences inédites pour leurs clients", affirme Jean-Philippe Courtois, le vice-président exécutif de Microsoft.

Bénéfice partagé

D’ici à 2020, les deux entreprises souhaitent être en mesure de lancer plus de 10 véhicules équipés "de fonctions de conduite autonome" et de "services permettant d’utiliser au mieux le temps libre passé à bord". Ainsi, il faudra s’attendre à voir débarquer dans une partie des véhicules Renault-Nissan des options telles que le tracking ou le contrôle à distance du véhicule, ou encore son diagnostic en temps réel, et ce grâce à l'utilisation de plusieurs systèmes d'exploitation, langages et outils de programmation permis par Microsoft.

VOIR AUSSI : Google et Ford pourraient s'associer pour développer une voiture autonome

À noter que la firme de Redmond n'a jusqu'à présent jamais affiché l'ambition de développer une voiture autonome bien à elle, à la manière de la Google Car d'Alphabet. Avec 8,5 millions de véhicules mis sur le marché en 2015 et une quatrième rang mondial dans le secteur de la construction automobile, une telle alliance représenter dès lors pour elle une aubaine. Inversement, en s'associant à Microsoft, Renault-Nissan s'unit avec l'un des acteurs technologiques les plus à la pointes, notamment en matière d'intelligence artificielle. 

L'accord ne prévoit toutefois pas de clause d'exclusivité, Microsoft conservant l'opportunité de s'associer à d'autres marques, et Renault-Nissan celle d'exploiter les services d'autres spécialistes de la technologie.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.