Elon Musk a dévoilé ses projets pour Tesla. À terme, le PDG souhaite rendre l'Autopilot si fiable que la voiture pourra concurrencer Uber et rapporter de l'argent à son propriétaire lorsqu'il ne l'utilise pas.

Dans un post publié sur le site de Tesla, Elon Musk a dévoilé, mercredi 20 juillet, ce qu'il a appelé le "Master Plan : partie 2"– ses projets pour l'avenir de son entreprise.

Le PDG commence par souligner à quel point il est important pour Tesla d'acheter l'entreprise d'énergie solaire SolarCity. Sans elle, Elon Musk ne se voit pas capable de créer un toit solaire rechargeable "fonctionnel". Avec ce produit, il souhaite mettre l'énergie nécessaire au fonctionnement de la voiture dans les seules mains de son chauffeur.

VOIR AUSSI : Elon Musk veut racheter la société de panneaux solaires SolarCity pour 2,48 milliards de dollars

Le multi-entrepreneur continue en détaillant les modèles Tesla à venir : un SUV compact, une "nouvelle sorte de camion pick-up" et la Tesla Model 3 sedan qui avait déjà été révélée. Elon Musk appelle son camion le "Tesla Semi". Ses variantes pourront servir à la fois de semi-remorques mais aussi de transports urbains. Elon Musk promet de dévoiler davantage de ces modèles l'année prochaine.

Le fondateur de Tesla aborde ensuite la question de la conduite autonome déclarant qu'il serait "moralement répréhensible de retarder" la technologie et de désactiver Autopilot, même à la lumière des accidents récents. Il souligne qu'à terme, tous les véhicules de la compagnie incluront le matériel nécessaire "pour la conduite autonome avec la possibilité de basculer en conduite normale".

Une fois que Tesla maîtrisera parfaitement la conduite autonome, Elon Musk ira concurrencer Uber. Le PDG de l'entreprise veut que les voitures autonomes soient capables de circuler seules et de servir de taxis autonomes permettant à son propriétaire de gagner de l'argent lorsqu'il ne conduit pas son véhicule. 

Il termine son post en résumant son plan :

  • Créer de superbes toits solaires qui stockeraient de manière invisible la batterie de la voiture
  • Développer la gamme en proposant des véhicules pour chaque segment
  • Développer une conduite autonome 10 fois plus sûre que la conduite manuelle grâce à l'apprentissage collectif en réseau
  • Permettre à la voiture de gagner de l'argent quand son propriétaire ne la conduit pas

VOIR AUSSI : Ségolène Royal invite Elon Musk à construire une usine Tesla à la place de Fessenheim

Ce nouveau plan de Musk est la suite de celui révélé en 2006. À l'époque, le PDG expliquait ses projets pour "accélérer le passage d'une économie des hydrocarbures vers une économie solaire électrique". Voici un résumé du plan originel :

  • Construire des voitures de sport
  • Utiliser cet argent pour construire des voitures à des prix abordables
  • Utiliser cet argent pour faire des voitures à des prix encore plus abordables
  • Tout en faisant cela, proposer des options pour du tout-électrique à zéro émissions de gaz à effet de serre.

Vous noterez que le plan a quelque peu changé au cours de la décennie écoulée. Et la plupart de ces changements découlent directement du fait que devenir un constructeur automobile à partir de rien est difficile.

Dans la première partie de son plan, Elon Musk prévoyait de vendre la seconde voiture de sa marque – le modèle S – moitié prix par rapport au Tesla Roadster qui coûtait 89 000 $ (80 500 €).  Mais pour le moment, la modèle S la moins cher coûte tout de même 70 000 $ (63 400 €) et une vente moyenne de ce modèle se situe davantage aux alentours des 100 000 $ (90 500€). On est loin du prix abordable donc.

Malgré ces prix de vente élevés, Tesla n'a jamais dégagé de profits depuis que ceux-ci ont été rendus publics en 2010. De plus, le plan secret de Tesla Motors a creusé un déficit de 4,2 milliards selon le Wall Street Journal. Heureusement pour elle, la seconde partie du plan a l'air d'être plus profitable et moins difficile pour la compagnie.

VOIR AUSSI : Le conducteur d'une Tesla en pilotage automatique meurt dans un accident

Parallèlement avec ces difficultés financières, Tesla est soumis à la pression des gouvernements sur la législation des voitures autonomes. Tesla fait actuellement l'objet d'une enquête après que l'Autopilot, son système de conduite semi-autonome soit impliqué dans deux accidents, dont un mortel.

Nul doute que si la partie 2 est un succès, on aura le droit à une partie 3, comme toutes bonnes franchises qui se respectent.

– Adapté par Romain Houeix. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.