Peut-on faire confiance au pilote automatique ? La question se pose, après la mort d'un homme dans un accident, alors que sa Tesla Model S était en mode Autopilot, la fonction de pilotage automatique.

C'est la première fois qu'une personne meurt dans un accident de voiture, alors que le véhicule était en mode pilotage automatique.

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) a ouvert une enquête préliminaire jeudi. La veille, le conducteur d'une Tesla Model S (le dernier modèle) est décédé alors qu'il roulait sur l'autoroute en mode pilotage automatique, la fonction Autopilot.

VOIR AUSSI : George Hotz, le jeune hacker américain qui voulait rendre toutes les voitures autonomes

"Ni le pilote automatique ni le conducteur n’ont repéré la couleur blanche du semi-remorque sur fond de ciel très clair"

D’après une publication sur le blog de Tesla, "le véhicule était sur une route nationale à chaussées séparées, avec la fonction Autopilot activée. Un semi-remorque a traversé la route face à la Tesla. Ni le pilote automatique ni le conducteur n’ont repéré la couleur blanche du semi-remorque sur fond de ciel très clair, donc le frein n’a pas été enclenché."

Le semi-remorque étant très haut, le pare-brise est entré en collision avec le camion, causant la mort du conducteur.

Tesla fait remarquer que si la voiture avait "touché l’avant ou l’arrière du semi-remorque, même à pleine vitesse, le système de sécurité en cas de crash aurait empêché des blessures sérieuses."

Le constructeur a aussi expliqué qu’il s’agit de la version beta de l’Autopilot. Avant l'activation, le système informe le conducteur qu'il est entièrement responsable de la conduite et de ses conséquences. Ce détail n’a clairement pas été retenu par tous les conducteurs, comme cet homme surpris en pleine sieste sur l’autoroute, avec le pilote automatique en marche.

"Cela s’apparente plus au pilotage automatique d’un avion" a expliqué Elon Musk à Mashable. "Cela réduit le travail du conducteur et améliore la sécurité, mais on ne doit pas se reposer dessus sans surveillance humaine. C’est pour ça que nous avons utilisé le même nom !"

Cet accident inquiète les fabricants et défenseurs des systèmes de conduite autonome et semi-autonome. La question se pose de savoir si l’incident est une exception, ou l'indication d’un problème général. Une enquête est en cours. Quoiqu’il en soit, cela aura des conséquences sur l’avancement des systèmes d’auto-pilotage.

– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.