Selon Edward Snowden, le FBI n'a absolument pas besoin d'Apple pour accéder au contenu d'un iPhone.

"Le FBI affirme avoir besoin de l'assistance d'Apple pour accéder au téléphone" d'un des tueurs de la fusillade de San Bernardino, a déclaré Edward Snowden. "Avec tout mon respect [ces déclarations], c'est du foutage de gueule !"

VOIR AUSSI : Le chef de la CIA soutient le FBI dans sa batille contre Apple

C'est en ces termes peu châtiés que l'ancien consultant de la NSA s'est exprimé à la conférence "Blueprint for a Great Democracy" organisée par le think thank Common Cause, à Washington, ces 8 et 9 mars. Le lanceur d'alerte participait à l'événement en visioconférence, puisqu'il est actuellement réfugié en Russie.

En parlant de l'affaire Apple vs FBI, Snowden a estimé qu'il est un bon exemple de méthode de protection des données personnelles du gouvernement. C'est ensuite qu'il a parlé de la requête du FBI, qu'il juge ridicule.

Vous pouvez écouter le commentaire de Snowden dans cette vidéo, à environ 30 mn (qualité audio relativement faible).

Peu après, Snowden a posté un lien vers un article de Daniel Kahn Gilmor, membre de l'Aclu Technology, soutenant que le FBI peut très facilement contrer la sécurité de l'iPhone.

Une des demandes du FBI concerne l'auto-effacement des données du téléphone. Celui-ci se produit si 10 tentatives infructueuses d'accès à l'appareil ont lieu. Cependant, Gilmore affirme que le FBI pourrait facilement dessouder la puce de mémoire flash de la carte mère de l'iPhone et copier les données. Chaque fois que l'autodestruction de la mémoire se déclencherait, le FBI n'aurait plus qu'à replacer sa copie dans l'appareil.

La plupart des experts estiment qu'il est possible de contourner la sécurité de l'iPhone sans l'aide d'Apple, même si c'est extrêmement difficile. Mashable avait listé quelques solutions (en anglais).

Snowden est le dernier des grands noms de la Tech à s'exprimer sur la bataille judiciaire opposant le FBI et Apple. Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg  et celui de Google Sundar Pichai, s’est rangé du côté d'Apple tout comme Steve Wozniak, le cofondateur d'Apple qui a qualifié toute l'affaire de boiteuse.

Adapté par Romain Houeix. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.