La troisième tentative de SpaceX de faire atterrir sa fusée sur une barge en pleine mer a échoué de peu, ce dimanche 17 janvier. Quelques éléments restent tout de même encourageants pour la société d’Elon Musk.

Les ingénieurs en salle de contrôle on dû y croire jusqu’au bout. Ce dimanche 17 janvier, la société américaine SpaceX a une nouvelle fois tenté de poser en douceur le premier étage de sa fusée Falcon 9 sur une barge flottante dans le Pacifique après le lancement du satellite franco-américain Jason 3. La tentative a échoué au dernier moment à cause d'un incident technique. La vidéo partagée par Elon Musk, le fondateur de la société, est éloquente : l'atterrissage de la fusée s'annonce réussi jusqu'au dernier moment, où un pied semble céder et la fait basculer.

 

 

Au moment de la phase d’approche, l’un des pieds de la fusée ne s’est pas déplié correctement, selon Elon Musk. C’est ce qui a provoqué le basculement que l’on voit sur la vidéo. Malgré l’explosion, le fondateur de SpaceX ne s’est pas départi d’un certain humour : "Au moins, les pièces sont plus grosses cette fois." C'est la troisième fois que SpaceX tente de faire poser le premier étage de l'une de ses fusées.

 

 

Un bilan positif malgré tout

Les images ont beau être impressionnantes. Il y a du positif dans ce nouvel échec. En effet, si on exclut l’incident technique du pied non déployé, le déroulement de la mission était presque parfait. Premièrement, la mise en orbite du satellite d’observation des océans Jason 3 s’est bien déroulé. Deuxièmement, le premier étage de la fusée est revenu sur Terre à une vitesse idéale pour un appontage en douceur. Enfin, le lanceur s’est posé quasiment au centre de la barge océanique, s’écartant d’à peine 1m30 du point d’atterrissage prévu.

Une fusée Space X coûte 60 millions à construire, son carburant "seulement" 200 000 dollars. A partir de là, on voit tout l’intérêt d’une réutilisation des lanceurs. En extrapolant les coûts de remise en état entre chaque tentative, les prix des vols spatiaux pourraient diminuer par 10. L’objectif d’Elon Musk pourrait donc bientôt être atteint : créer des lanceurs réutilisables pour diminuer les coûts de mise en orbite.

Les compliments de Jeff Bezos

Son principal rival dans ce secteur, Jeff Bezos, le fondateur de Blue Origins, a même pour l’occasion enterré la hache de guerre. Le fondateur d’Amazon a offert ses plus sincères félicitations à Elon Musk.

>>À lire aussi sur France 24: "SpaceX vs Blue Origin : les fusées réutilisables relancent la course à l'espace"

 

 

Devant ce tweet inattendu, Elon Musk s'est montré laconique mais pas rancunier : "Merci Jeff, a-t-il répondu."