Twitter expérimente un nouveau mode d’affichage des tweets. Fini l'ordre antéchronologique, place à un classement par pertinence et popularité. Une expérience déroutante qui rapproche encore davantage le réseau de micro-blogging de Facebook.

Twitter devient-il un Facebook-bis ? Il s’apprête en tout cas à faire un pas de plus dans ce sens en testant une nouvelle fonctionnalité : le classement des tweets, non plus par ordre chronologique inversé, mais en fonction de leur importance. Une expérience qui passe mal pour les cobayes choisis malgré eux par le réseau.

 

 

Ce n’est pas la première fois que le réseau de micro-blogging singe ainsi son concurrent. En août dernier, il a fait sauter la limite de 140 signes pour les messages privés. Début novembre, Twitter a modifié une autre de ses marques de fabrique : le bouton "favori" qui permettait d’archiver des tweets marquants est devenu un bouton "j’aime". Un petit cœur rouge qui avait fait polémique à l’époque.

Si la nouvelle fonctionnalité est adoptée, Twitter suivrait une nouvelle fois les pas de Facebook. Le réseau de Mark Zuckenberg avait aussi débuté avec une timeline antéchronologique avant d’y renoncer pour un algorithme faisant remonter les contenus jugés intéressants. Contacté par le site américain spécialisé dans les nouvelles technologies Motherboard, la direction de Twitter a répondu ainsi aux raisons de cette expérimentation : "Nous continuons d’explorer des manières de mettre en avant les meilleurs contenus pour les utilisateurs de Twitter".

Attirer des nouveaux utilisateurs

Derrière, cette volonté se cache la réalité des chiffres. Twitter peine à séduire de nouveaux utilisateurs. Résultat : Twitter ne réussit pas en bourse et n'a toujours pas dégagé le moindre dollar de bénéfice net.

C’est que Twitter est un réseau exigeant. Il faut y passer le plus clair de son temps et organiser sa veille pour l’utiliser de manière optimale. Un scoop journalistique y est mis au même niveau d’importance que le selfie du fils de la voisine à la plage. Pour attirer un nouveau public, la solution est donc toute trouvée : simplifier au maximum l’interface. Et dans cette optique, l’utilisation d’un algorithme faisant remonter les tweets est une bonne idée.

Cependant, Twitter pourrait y perdre son âme et surtout ses utilisateurs historiques. Car l’intérêt du réseau réside dans sa capacité à faire remonter des informations rapidement. Informations qui resteraient cachées avec un tel algorithme.

Aussi, Twitter pourrait décider d’adopter une posture de compromis. D’une part, proposer par défaut un classement des tweets par pertinence aux nouveaux utilisateurs pour les séduire. De l’autre, laisser la possibilité de configurer la timeline de manière chronologique pour les utilisateurs les plus aguerris.