Une association va demander l'inscription des bistrots et terrasses de Paris au patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Objectif : obtenir de l'Unesco la protection de ces lieux qui portent "une véritable culture populaire".

Lieux de brassage et de fête, symboles de l'art de vivre à la française, les bistrots et terrasses de Paris doivent être protégés. C’est ce qu’estime une association qui va déposer en septembre un dossier de candidature pour leur inscription au patrimoine culturel immatériel de l'humanité, géré par l'Unesco. Il s'agit de "protéger" ces "lieux familiaux qui portent une véritable culture populaire", ont fait savoir jeudi 8 juin les porteurs de cette initiative.

VOIR AUSSI : Pourquoi les boulangers tiennent à ce que la baguette tradition entre au patrimoine de l'Unesco

Ce dossier sera remis au ministère de la Culture, chargé de présenter les candidatures à l'Unesco. La démarche est soutenue notamment par les acteurs Jacques Weber, Pierre Arditi, Jean-Pierre Darroussin, Charles Berling, Jean-Michel Ribes, Yolande Moreau et François Morel, Stéphanie Bataille, ou encore la chanteuse Marianne James.

L'Association pour l'inscription au patrimoine immatériel des bistrots et des terrasses de Paris pour leur art de vivre veut "faire prendre conscience en France et à l'étranger de l'apport des bistrots et terrasses pour le vivre ensemble, le brassage des cultures, leur rôle de creuset intellectuel et artistique".

L'association rappelle qu'après les attentats du 13 novembre 2015, "les Parisiens ont envahi les terrasses (...) pour démontrer qu'ils trouvaient là des lieux symboles d'art de vivre, de brassage et de liberté(s)".

"Tradition populaire des bistrots en danger"

Pour cette association, la "tradition populaire des bistrots" est "en danger", en raison entre autres de "loyers spectaculairement en hausse, sous la pression de grands groupes notamment agro-alimentaires".

"Dans une société de plus en plus standardisée, il existe encore des lieux familiaux qui portent une véritable culture populaire. C'est pour ces lieux qui inspirent au-delà de nos frontières que nous nous engageons", ajoute l'association, présidée par Alain Fontaine, le propriétaire du Mesturet, bistrot du quartier de la Bourse, à Paris.

Le Conseil de Paris a quant à lui voté récemment un "vœu" pour voir ses bouquinistes classés par l'Unesco. En 2010, le "repas gastronomique des Français" avait été inscrit au patrimoine immatériel de l'humanité.

– Avec AFP

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.