Les photos de ce centre culturel chinois sont vite devenues virales, grâce au tournis de lecture offert par ces multiples rayons de livres. Mais à regarder de plus près, cette bibliothèque n'est pas aussi dingue que prévu.

Des livres à perte de vue, sur 33 700 m2, le tout dans un auditorium baigné de lumière. Le cabinet d’architecture néerlandais MVRDV et les architectes chinois qui ont conçu la bibliothèque municipale de Tianjin Binhai ont de quoi être fiers : cette dernière est déjà présentée comme l'une des plus belles au monde.

VOIR AUSSI : Bibliothèque Marguerite-Durand: la lutte s'organise pour sauver le patrimoine féministe

Ouverte au public le 1er octobre dernier après 3 ans de construction, elle va accueillir un peu plus d'1 million d'ouvrages dans son espace sobre et épuré. Pour le cofondateur de MVRDV Winy Maas, il faut voir ce lieu inédit comme "une grotte, une bibliothèque infinie". Il explique que l'auditorium a été imaginé "comme une boule, qui s'enroule sur elle-même". "Les étagères sont de grands espaces où l’on peut s’asseoir et en même temps avoir accès aux étages supérieurs", ajoute celui pour qui les courbes du bâtiment invitent les visiteurs à s'asseoir, marcher, lire ou encore discuter, comme on peut le voir sur le site du cabinet.

En plus d'être un écrin de modernité, ce havre de paix semble être le paradis terrestre pour toute personne que la présence de livres apaise.

library2.jpg
AFP/GETTY IMAGES
library3.jpg
VCG VIA GETTY IMAGES
library4.jpg
VCG VIA GETTY IMAGES

Sauf qu'en s'approchant un peu plus des étagères du hall d'entrée, on s'aperçoit que les livres sont en fait... des images imprimées. Quelques véritables livres sont certes disposés, pour faire illusion. Mais l'essentiel de la salle demeure un vaste trompe-l'œil.

library5.jpg
AFP/GETTY IMAGES
library6.jpg
AFP/GETTY IMAGES

Le directeur de la bibliothèque, Liu Xiufeng, se veut rassurant : le lieu dispose de nombreuses autres salles contenant des ouvrages à consulter. En fait, ce sont les autorités publiques qui n'ont pas autorisé la mise en place de livres dans la salle principale. Liu Xiufeng a d'ailleurs indiqué à l'AFP que même les rares livres disposés dans l'atrium ne sont pas voués à rester.

Officiellement, l'utilisation de cette salle doit être limitée à la circulation du public, au fait de s'asseoir, de lire et se retrouver – pas au stockage de livres, donc. "C'est vrai, il y a une grosse différence entre ce que montre les photos et la réalité", a commenté Jiang Xue, un étudiant en médecine dont les propos ont été rapportés par l'AFP. "Never judge a book by its cover", comme on dit.

– Retrouvez la version de Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.