Avec un timing parfait, l'artiste JR vient d'installer une nouvelle photographie géante – un bébé – sur la frontière entre le Mexique et les États-Unis, quelques jours après la suppression du programme DACA par l'administration de Donald Trump.

L'art peut-il véritablement changer le monde ? De nombreux artistes à l'instar de Banksy le pensent.

VOIR AUSSI : Le maire de Chicago fait de sa ville une "Trump-free zone" pour protéger les "dreamers" menacés d’expulsion

JR, artiste et photographe français, en fait également partie. Celui qui s'est fait connaître avec ses travaux à base de collage photographique s'est rendu à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, du côté mexicain, pour y installer un cliché géant – sa marque de fabrique – d'un bébé s'appuyant sur le mur délimitant la frontière entre les deux pays.

Work in progress on the Mexican side of the US/MEXICO border

Une publication partagée par JR (@jr) le

Ces derniers jours, Jean René avait partagé sur son compte Twitter le making of de sa construction, qui a démarré le 30 août.

L'installation artistique arrive à point nommé puisque Donald Trump vient d'annoncer en début de semaine la fin du programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals), une initiative de Barack Obama protégeant les enfants arrivés illégalement sur le territoire américain de toute expulsion.

Un engagement politique

L'artiste a-t-il attendu le bon moment pour mettre en place un projet de longue date ou s'agit-il d'une coïncidence ? On sait simplement, grâce à des publications Twitter, que JR repérait les lieux depuis quelques mois déjà.

Surnommé le "Banksy français" par les Américains, JR a commencé sa carrière en photographiant les habitants des Bosquets – un quartier difficile de Clichy-sous-Bois – et en collant des tirages géants des clichés sur les murs de la ville.

Ses projets sont souvent situés dans des quartiers difficiles du monde entier ou des lieux en proie à de fortes tensions. En 2007, son projet Face2Face avait momentanément égayé le mur séparant l'Israël de la Palestine, où l'on pouvait voir des portraits d'habitants juifs, musulmans et chrétiens, tous rieurs.

– Retrouvez l'article de Gianluca Mezzofiore sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.