La marque américaine lance une collection capsule où chaque produit est proposé en deux modèles : l'un fabriqué à l'étranger, l'autre aux États-Unis. Conscience nationale ou porte-monnaie, à chacun de choisir.

Depuis l’élection de Donald Trump, les marques sont nombreuses à s’être politisées en s’attaquant parfois directement au nouveau président et à ses projets. À ce petit jeu de taclage et de trolling, American Apparel n’est pas en reste. L’année dernière, la marque de vêtements américaine s’en était prise au président en dévoilant des produits estampillés "Make America GAY again".

VOIR AUSSI : Spotify lance un projet politique pour protester contre le décret anti-immigration de Donald Trump

Cette fois, la marque lance une collection capsule spécialement pensée pour les consommateurs possiblement séduits par la préférence nationale, idée chérie par le président. Comme le rapporte Quartz, huit produits basiques commercialisés sur le site américain de la marque sont proposés en deux exemplaires. Hoodies, sweats, tee-shirt, débardeurs et autres pulls sont présentés côte-à-côte, la première version est produite aux États-Unis, quand l’autre est produit à l’étranger. "C'est vous qui decidez", peut-on lire sur le site.

american_apparelcorps.png
American Apparel

À chacun donc de peser le pour et le contre. American Apparel affirme que les deux exemplaires sont "identiques" en termes de qualité et assure que les produits conçus à l’étranger ne sont pas fabriqués dans des ateliers clandestins. Seulement voilà, les fervents défenseurs du "made in America" devront débourser davantage, puisqu'ils payeront entre 17 % et 26 % plus cher pour le même produit.

17 à 26 % plus cher pour un produit "made in America"

Un hoodie classique de la marque produit aux États-Unis est ainsi vendu à 22 dollars contre 18 % pour la même version étrangère. Moins chers, les vêtements produits en dehors des États-Unis sont également disponibles en plus de coloris.

Thèmes phares de sa campagne électorale, la relocalisation et la préférence nationale doivent permettre de faire décoller l’emploi, selon Donald Trump. C'est ce qu'ont d'ailleurs commencé à faire, parfois sous la pression du président, certaines entreprises comme Fiat Chrysler. Mais d'autres sont beaucoup moins optimistes. Produire à l'intérieur des frontières nationales plutôt qu’à l’étranger signifierait devoir payer des salaires plus élevés. Une hausse qui se répercuterait inévitablement sur les prix et que les consommateurs américains ne sont pas prêts à assumer. 37 % d’entre eux refuseraient de payer plus cher des produits fabriqués aux États-Unis, selon un récent sondage Ipsos pour l’agence Reuters.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.