En 1895, un certain James B. Shaw élabore une technique pour satisfaire l'ego des amateurs de portrait photo : le multigraphe. Lancé à la fin du XXe siècle, il permet de capturer les modèles sur cinq angles différents.

Rassemblées par Christopher B Steiner, professeur au département d’art et d’histoire de l’université du Connecticut, ces photos ont toutes été capturées à l’aide d’un "multigraphe", une savante technique de superposition de miroirs qui faisait un carton au début du XXe siècle.

VOIR AUSSI : En 1944, ce parachutiste britannique avait déjà tout compris au selfie

On doit cette invention à James B. Shaw, qui l’a conçue au début des années 1890 dans le New Jersey. Son principe est simple : le modèle est placé entre deux miroirs anglés de sorte à produire quatre reflets. En exposant ainsi le visage et le corps du modèle dans tous ses angles – de dos, de face, de chaque profil –  le multigraphe promettait de rendre capable de "se voir comme les autres nous voient".

Le multigraphe promettait de rendre capable de "se voir comme les autres nous voient"

Dans les années 1920, son succès dépasse les frontières pour atteindre l’Europe, où il fera son petit effet dans les studios photos professionnels. Comme le raconte un auteur anonyme en 1931, "les gens donnaient volontiers [l'équivalent de] un dollar cinquante ou deux dollars pour obtenir une demi-douzaine de ces portraits cinq-en-un".

Après quelques années de gloire, la technique du multigraphe sera finalement progressivement abandonnée après 1950, laissant derrière elle une longue série de portraits d'anonymes, dont les images qui suivent ne sont qu’un aperçu.

graph1.jpg
Au studio photo Dittrich, à Atlantic City, dans le New Jersey, en 1905.
Collection de Christopher B. Steiner
graph2.jpg
Dans un studio photo à New York, entre 1915 et 1920.
Collection de Christopher B. Steiner
graph3.jpg
À Atlantic City dans le New Jersey, entre 1910 et 1915.
Collection de Christopher B. Steiner
graph4.jpg
Lillian Gallup, dans le studio photo de White Way à New York, dans les années 1920.
Collection de Christopher B. Steiner
graph5.jpg
À Marseille, en 1925.
Collection de Christopher B. Steiner
graph6.jpg
Dans le studio Orpheum à Chicago dans l'Illinois, dans les années 1920.
Collection de Christopher B. Steiner
graph7.jpg
Dans les années 1920, la ville et le studio n'ont pas été identifiés.
Collection de Christopher B. Steiner
graph8.jpg
Dans le studio White Way à New York, dans les années 1920.
Collection de Christopher B. Steiner
graph9.jpg
Raymond Truex, dans le studio photo White Way à New York, dans les années 1920.
Collection de Christopher B. Steiner
graph10.jpg
Dans le studio photo White Way à New York, dans les années 1920.
Collection de Christopher B. Steiner
graph11.jpg
Dans les années 1930, le lieu et le studio n'ont pas été identifiés.
Collection de Christopher B. Steiner
graph12.jpg
Au Rosslyn Post Card Shop à Los Angeles en Californie, entre les années 1930 et 1940.
Collection de Christopher B. Steiner
graph13.jpg
Dans le studio Alograff à Barcelone en Espagne, dans les années 1940.
Collection de Christopher B. Steiner
graph14.jpg
Dans le studio G. Dobkins à Atlantic City dans le New Jersey, dans les années 1940.
Collection de Christopher B. Steiner
graph15.jpg
Dans le studio G. Dobkins à Atlantic City dans le New Jersey, en 1947.
Collection de Christopher B. Steiner
graph16.jpg
Dans le studio Espelho Fotografico à Lisbonne au Portugal, dans les années 1950.
Collection de Christopher B. Steiner
graph17.jpg
Eugène LeHuquet à Newark dans le New Jersey, en 1955. Au dos de la photo est inscrit un petit mot : "Un chouette type, sur tous les points de vue".
Collection de Christopher B. Steiner

– Adapté par Majda Abdellah. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.