La marque américaine KA Designs a mis en vente des tee-shirts décorés d'une croix gammée. L'entreprise affirme vouloir réhabiliter la signification première de la svastika, c'est-à-dire un signe de bon augure.

Et si l'on rendait à nouveau cool la svastika, ce symbole de paix et d'éternité souillé par les nazis ? C'est ce qu'a souhaité faire un groupe de designers américains de la marque KA Designs en commercialisant, la semaine dernière et via le site Tee Spring, une nouvelle gamme de tee-shirts, sweats et pulls blancs ornés d’une croix gammée sur fond de couleurs arc-en-ciel, rappel du drapeau LGBT. Un mélange des genres pour le moins inattendu.

VOIR AUSSI : Zara vend une mini-jupe brodée d’une grenouille ressemblant étrangement au mème néonazi Pepe the Frog

Dans une vidéo diffusée sur Facebook, mercredi 12 juillet, l’entreprise a fait la promotion de ses nouveaux produits en présentant "Le Nouvelle Svastika" et explique : "La svastika revient. Ensemble et en paix, ensemble avec respect, ensemble et libres".

Forcément, les réactions outrées n’ont pas tardé sur les réseaux sociaux. Des internautes indignés dénoncent une initiative "obscène et dégueulasse", "une décision épouvantable", quand d’autres n’y voient rien de plus qu’une forme de "promotion d’Hitler";

"Vous n’échapperez pas au fait que la svastika a été détournée par les Nazis comme un symbole de racisme, de haine, d'antémitisme et de crimes de masse", a réagi le Mémorial d’Auschwitz sur Twitter.

Revenir à la signification originale ?

La polémique a forcé l’entreprise à supprimer ses produits du site Internet. Ces derniers sont finalement réapparus en ligne, leur controversé logo modifié et recouvert d’un pictogramme "interdit", rapporte la BBC.

Rappelons qu’avant de devenir l’étendard de la race aryenne, la croix gammée ou svastika était un symbole millénaire adopté par de nombreuses cultures. Elle est notamment considérée comme un symbole sacré de l’hindouisme, signe de bon augure et de vie éternelle, qu’on retrouve encore aujourd’hui dans de nombreux temples en Asie. Elle a même été adoptée par les adeptes de la secte raëlienne qui y voit le symbole de l’éternité. C’est cet argument historique que défend KA Designs pour justifier son initiative.

"Nous voulions partager la beauté qui en ressort, et qui prime sur la haine"

"Nous aimions vraiment la forme et l’esthétique de ce symbole, et nous voulions partager la beauté qui en ressort, et qui prime sur la haine à laquelle il est associé", s’est expliquée l’entreprise dimanche 6 août au site Dazed Digital, promettant que si ces produits avaient été détournés par des pro-nazis, elle aurait réagi. "Nous comprenons chaque personne qui s’est sentie offensée. Elles ne veulent pas rompre le lien entre ce symbole et les atrocités commises par les nazis."

Les marques face aux symboles historiques

KA Designs ne sont pas les premiers à tenter de réhabiliter la svastika. En 2014, un autre designer, Sinjun Wessin, avait déjà tenté de l’imprimer en rose sur des tee-shirts, en arrondissant ses formes pour lui donner l'apparence d'une espèce de donut. Un artiste canadien était allé plus loin en se recouvrant le corps de 200 croix gammées tatouées pour "detoxifier" le symbole, rapporte Slate. Mais dans les consciences collectives, l’association de symboles historiques traumatisants avec des idées perçues comme positives – comme la reconnaissance des minorités LGBT pour KA Designs – demeure un exercice extrêmement périlleux. Et le message véhiculé est trop ambigu pour être pleinement assumé par des personnes possiblement séduites par l’idée.

spunx.jpg
La svastika rose du designer Sinjun Wessin.
Spiritualpunx.com

Sans toujours théoriser l'effort de réhabilitation ou de détournement, d’autres marques s’étaient essayées à recycler l’imagerie "vintage" de l’histoire plus ou moins récente. Mais sur ce terrain sensible, les polémiques à la chaîne ont révélé qu'elles marchaient sur des oeufs. Zara et ses tee-shirts à étoile jaune, Mango et ses chemises imprimées d’éclairs SS ou Dolce Gabanna et ses sandales "esclaves" se sont à chaque fois inclinées face à l’incompréhension et au malaise exprimé par les consommateurs.  

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.