Du 24 au 27 mars, la littérature nous donne rendez-vous à Paris pour la 37ème édition du Salon du livre, le "plus grand événement généraliste dédié au livre en France". L'occasion pour Mashable FR de vous proposer une petite sélection de bouquins.

Comme chaque année, le Salon du livre fait figure de grand-messe annuelle des amoureux de la littérature. Au total, 4 jours sont consacrés à des rencontres, des conférences et des animations, l'occasion pour les visiteurs aussi de faire dédicacer leurs ouvrages préférés.

VOIR AUSSI : Tristan Nitot, fondateur de Mozilla Europe: "Quand on se sait sous surveillance, on n'ose plus penser"

Mais au-delà des allées d'exposants et du brouhaha d'un public enthousiaste, l'édition de cette année est déjà marquée par un vent de contestation : d'abord, celle des correcteurs qui ont dénoncé leurs conditions de travail auprès du Syndicat national de l'édition, ensuite, celle des bibliothécaires qui se sont réunis contre l'austérité et l'amenuisement des enveloppes budgétaires.

Ces revendications ont donné envie à certains de lancer un contre-Salon du livre, re-baptisté "Salon du libre". "L’idée est de hacker le Salon du livre pour défendre une autre conception de la lecture, du livre ainsi que des pratiques d’échanges et de partages qui sont inscrites dans son ADN. À travers l’humour, des bibliothécaires vont reprendre les codes de Livre Paris pour faire leur propre Salon du livre. Un compte Twitter a été mis en place à cette occasion ainsi que le hashtag #LibreParis où vous pourrez suivre leurs actions en amont et pendant le Salon du Livre. Des livres numériques seront partagés à cette occasion pour rappeler que les livres et la lecture doivent rester libres", peut-on lire sur le site.

Dans toute cette cohue, on a décidé de profiter de cette actualité et vous suggérer quelques uns des livres qu'on a aimé cette année. Sans surprise, ils recoupent beaucoup des réflexions que l'on aime déjà vous proposer dans notre rubrique tech. Bonne lecture.

1. La bande dessinée : "Dans l'ombre de la peur, le big data et nous"

– Josh Neufeld et Michael Keller / Éditions Çà et Là

bandeauombre.jpg

Parler de technologies sous un format documentaire, le tout dans une bande dessinée : après "La machine à influencer" qui parlait des médias, l'illustrateur Josh Neufeld a prêté son crayon à Michael Keller, journaliste et fondateur du collectif de CSV Soundsystem qui regroupe des hackers civiques new-yorkais, afin de disserter big data et données personnelles. Navigation en ligne, utilisation de téléphones portables : sommes-nous désormais tous suivis à la trace ? Quelle est la nature des informations que le "grand capital" amasse à propos des citoyens et potentiels clients ?

Avec rigueur mais aussi avec une sacrée dose d'humour, Josh Neufeld et Michael Keller sont allés à la rencontre d'universitaires et de politiques pour les faire parler de la marchandisation de nos données personnelles. Notre vie privée doit-elle être sacrifiée sur l'autel des nouvelles technologies, du progrès et du marketing ? Sorti aux éditions Çà et Là, cet album rappelle l'urgence de s'armer contre l'appétit des GAFAM et des NATU.

2. Le livre à avoir sur sa table basse pour le feuilleter quand on veut : "#DataGueule"

– Julien Goetz, Henri Poulain, Sylvain Lapoix / Éditions Marabout

datagueule.jpg

À l'origine, Data Gueule est une émission diffusée sur France 4 et YouTube. Sur le même principe que son homologue australienne (qui n'est plus) Hungry Beast, "Data Gueule" propose de balayer l'actualité en envisageant la somme des informations que nous consommons tous les jours comme autant de pièces à déconstruire, chiffrer, étirer, le tout pour reconstruire une autre façon de voir le monde. Accompagnés de Julien Goetz et Sylvain Lapoix, tous les deux anciens journalistes du site d'information OWNI, Henri Poulain (co-réalisateur) et Luc Herman (co-producteur) ont cuisiné ces savoureuses séquences, qui font à chaque fois un peu moins de 4 minutes. 

Devant le succès du format, l'équie a adapté le concept à un livre, paru le 1er février 2017. Au total, 38 sujets d'actualité sont décryptés en infographies, sur deux doubles-pages pour rendre compte de faits de sociétés à travers la visualisation de données. 

3. L'essai : "En compagnie des robots"

– Alain Bensoussan, Jean-Gabriel Ganascia, John McCarthy, Olivier Tesquet, Yannis Constantinidès / Éditions Premier Parallèle

Les robots sont partout. On les accueille dans nos salons, on les croise dans les commerces, on leur fait une place dans nos industries les plus florissantes... Sommes-nous destinés à devenir un jour amis avec eux ? Quelle est la part d'humanité en chaque robot et que dit la perception qu'on en a de notre vision du futur ? Méritent-ils un statut juridique spécifique ? Ce livre de Alain Bensoussan, Jean-Gabriel Ganascia, John McCarthy, Olivier Tesquet et Yannis Constantinidès tentent de répondre à toutes ces questions, à travers des réflexions comme la distinction entre un robot-machine et une nouvelle espèce d’être artificiel.

L'ouvrage est issu d'une rencontre, portant le même nom, qui était co-animée par les éditions Premier Parallèle et le journaliste Olivier Tesquet à la Gaîté Lyrique, en novembre 2015. Sans surprise, il est aussi rythmé qu'une discussion orale.

4. Le manifeste : "Accélérer le futur – Post-capitalisme et post-travail"

– Nick Srnicek, Alex Williams, it:éditions

futur-1.jpg

Sorti en mars 2017, "Accélérer le futur" est "un manifeste téméraire qui imagine une vie après le capitalisme". Les auteurs Nick Srnicek et Alex Williams sont convaincus d'une chose : l'image que nous nous faisons des nouvelles technologies et de leur future place dans nos vies est encore trop confuse, si ce n'est limitée. S'il était mieux exploité, le monde du high tech pourrait pourtant nous aider à faire la transition vers une économie post-capitaliste "capable d’améliorer le niveau de vie, de libérer l’humanité du travail et de développer les technologies qui agrandissent nos libertés". Ce projet politique et ce courant de pensée, c'est ce qu'on appelle l'accélérationisme.

"À l’heure où une gauche engluée dans sa nostalgie paraît désespérer de l’avenir, Srnicek et Williams nous appellent à le réinventer : à force de nouvelles technologies réorientées vers les biens communs, d’exigences organisationnelles plus pragmatiques et de nouvelles audaces médiactivistes, l’effondrement annoncé peut être retourné en nouvelles perspectives d’émancipation", commente très justement à son propos le penseur suisse Yves Citton.

5. Le bel objet : "La norme graphique de la NASA"

Syndicat

nasa-1.jpg

Il s'agit d'un réédition et traduction française de la norme graphique conçue par Danne & Blackburn pour le redesign de la NASA en 1975.

"Le classeur de la norme graphique de la NASA est un étrange fantôme. Cet outil visuel inédit dessiné et alimenté par Richard Danne et Bruce Blackburn à partir de 1975 fut délaissé en 1992 par l'agence aérospatiale américaine. Il ré-apparait ces dernières années sur Internet où il est publié sur quelques blogs intéressés par les sujets du graphisme", expliquent les graphistes français Sacha Léopold et François Havegeer.

Mis en ligne par la NASA sous la forme d'un PDF, le document a été réédité par Jesse Reed et Hamish Smyth en 2015. Il renaît ici, traduit dans notre langue, et perpétue un peu plus la fascination collective pour la NASA.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.