Pour ceux dont le français n'est ni la langue maternelle, ni une langue parlée, notre rire hexagonal est une sorte de succession d'onomatopées gutturales et un chouilla guindées. Mais pourquoi ?

Qui l'eût cru ? Notre rire national a son entrée dans le mythique Urban Dictionnary. Preuve qu'il fait partie de la culture populaire hors de nos frontières, ce "Hon hon hon" a même sa place dans les mèmes ou dans une série télévisée d'animation aussi connue que "Les Griffin".

VOIR AUSSI : Un artiste propose d'imprimer votre rire en 3D et de l'envoyer dans l'espace

Dans "Hon hon hon", "le 'n' n'est même pas prononcé, mais il donne une indication sur comment le 'o' sonne", précise le média en ligne The Local.

Sauf que dans la vraie vie, peu de personnes de votre entourage ne s'esclaffe véritablement comme ça. Mais alors, pourquoi la version caricaturale du "rire français" est-elle résumée à ces drôles de son ?

Le "on", nasalisation de la voyelle

L'explication pourrait être historique. Toujours selon The Local, une des raisons les plus souvent avancées est celle de la référence à Maurice Chevalier, un chanteur français qui a su se faire connaître à Hollywood au XXe siècle, notamment grâce à sa chanson "Thank heavens for little girls". Son fort accent français aurait marqué des générations entières, jusqu'à modeler la représentation de notre langue à l'étranger.

Lors de son apparition dans le Disney "Mickey's Gala Premier", on entend également Maurice Chevalier lâcher un distinct "Hon hon hon" à 1 minute 30 :

Depuis, les trois interjections se sont complètement installées dans la culture populaire anglosaxonne. Même dans le dessin animé "La Petite Sirène", on entend le cuistot français rire de cette façon à 0:30.

On le sait : dans leur grande diversité, les langues possèdent toutes des rythmes et des sonorités différents. Ainsi dit-on des langues latines qu'elles sont plutôt mélodieuses mais constantes, de l'anglais qu'il est une langue rythmé par des accents toniques qui viennent modifier le sens des phrases ou encore des langues asiatiques qu'elles sont tonales, autrement dit que l'accentuation englobe non pas une syllabe mais le mot dans son intégralité.

Avec des dimensions phonétiques singulières à chacune d'entre elles, nos langues maternelles nous habituent à nos propres phonèmes... ce qui nous conduit à apprécier les autres langues par un résumé grossier de leurs sonorités. Hors de nos frontières, le français n'est pas une langue avare en nasalisation de la voyelle et en syllabes fermées.

La preuve qu'une langue n'est pas simplement une langue pour les mots qu'elle comporte, mais aussi pour sa façon de "sonner" : certains se sont essayés à parler français sans le parler. À en croire les vidéos postées par des Youtubeurs étrangers singeant notre langue, le français est fait d'intonations légères et de consonnes bien prononcées.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.