Le photographe indépendant David Moriya a documenté les premières semaines de la résistance qui s'organise face à Donald Trump.

Le nom du projet dit tout de lui : the Resistance Photography Project propose de résister par la photographie. 

VOIR AUSSI : Donald Trump est-il nocif pour la santé mentale des Américains ?

Depuis l'élection de Donald Trump, David Moriya s'est mis en tête de suivre toutes les mobilisations contre le nouveau président des États-Unis. Objectif derrière son objectif : rendre compte du grouillement de la société civile qui ne veut pas se laisser, celle qui refuse de se taire face aux sorties du milliardaire et de son administration.

Pour le photographe indépendant, il est essentiel de montrer au monde entier que le pays est tout sauf debout derrière un seul homme. C'est la raison pour laquelle les clichés sont mis à disposition de chacun, à commencer par les organismes sans but lucratif et les plateformes sociales. 

Parmi ces photos, on retrouve des clichés de la manifestation #NotMyPresidentDay, qui a eu lieu le 20 février à New York. Ce jour-là, David Moriya est resté jusque 5h du matin et a pris près de 4 200 photos. Un travail fastidieux mais "primordial", selon lui.

photo2.jpg
David Moriya

David Moriya s'est lancé dans cette grande entreprise au lendemain des élections présidentielles. Il a photographié la déception chez les Américains déçus de la victoire de Trump.

photo3.jpg
David Moriya

À chaque fois, le photographe propose aux manifestants qu'il photographie de leur envoyer instantanément le cliché. "J'ai toujours été fasciné par la beauté de vieilles photos de rassemblements historiques. Alors je voulais que les gens puissent repartir, eux aussi, avec un souvenir de leur colère", explique-t-il. 

"Voici votre photo. Maintenant, utilisez-la pour continuer à faire vivre votre mobilisation sur Internet" : c'est le message qui accompagne les photos que David Moriya envoie à ses modèles par e-mail.

photo4.jpg
David Moriya
photo5.jpg
David Moriya
photo6.jpg
David Moriya

Mais le photographe indépendant ne veut pas se limiter à ses "photos souvenirs". Conscient que de nombreux organismes sans but lucratif n'ont pas toujours les moyens d'envoyer un photographe couvrir les manifestations, David Moriya en a contacté plusieurs afin de leur soumettre son travail. "Si vous avez besoin de ces photos, utilisez-les. Ils sont entièrement à vous", leur écrit-il dans un e-mail accompagné de liens qui renvoient vers des fichiers Dropbox.

Pour le moment, l'Américain s'est rendu à neuf manifestations et quatre évènements anti-Trump. À chaque rassemblement, il arbore la même veste rouge, dans l'espoir de se rendre facilement reconnaissable aux gens et aux organisations à but non lucratif voulant en savoir plus sur le projet. Des organisations comme l'Union des libertés civiles de New York, le Conseil sur les relations américano-islamiques et d'autres ont déjà utilisé ses images.

L'autre défi pour David Moriya, c'est de faire grossir son association. "J'aimerais que d'autres photographes me rejoignent pour donner un peu de leur temps libre et continuer à offrir plus d'écho aux Américains qui se déplacent contre Donald Trump", espère-t-il.

photo7.jpg
David Moriya
photo8.jpg
David Moriya
photo9.jpg
David Moriya

David Moriya armé de son appareil photo :

photo10.jpg
David Moriya

– Adapté par Émilie Laystary. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.