Nike va enfin mettre en vente en novembre prochain les baskets autolaçantes de "Retour vers le futur" : les Nike HyperAdapt 1.0. Des sneakers haut de gamme qui auront nécessité près de 30 ans de travail.

Robert Zemeckis avait imaginé leur arrivée le 21 octobre 2015. Il aura finalement fallu attendre une petite année de plus.

VOIR AUSSI : Reebok réédite les chaussures phares du film "Aliens, le retour"

Après des années de fakes, de rumeurs et de teasing, les baskets autolaçantes de "Retour vers le futur" seront finalement disponibles dans "une sélection de points de vente Nike" aux États-Unis à partir du 28 novembre 2016 pour un prix encore inconnu. Le magazine américain Wired consacre sa une à ces sneakers que certains fans attendaient depuis plusieurs décennies, après avoir eu l'opportunité de passer du temps dans le "laboratoire secret et souterrain" Mia Hamm du campus Nike à Beaverton. Un bunker où a été conçue la Nike HyperAdapt 1.0.

wired_nike_une.jpg
La une du magazine Wired, dessins de Tinker Hatfield et photo de Dan Saelinger, octobre 2016.
Wired

"Un montant considérable de dollars"

Il y a bientôt 30 ans, en 1988, Mark Parker, jeune designer de Nike, avait participé à des sessions de brainstorming avec Robert Zemeckis pour concevoir les gadgets futuristes du film. Aujourd’hui, l’homme est devenu le PDG de la marque, et il n’a jamais perdu de vue cette idée. "Après 28 ans de brainstorming et 11 ans de recherche et développement" le tout pour un "montant considérable de dollars", rapporte Wired, la basket de "Retour vers le futur" va enfin être commercialisée.

"Sans doute le projet le plus difficile de l’histoire du footwear"

Fini les chaussures en toc plus proches du déguisement et les prototypes franchement ratés, la nouvelle Nike a de la gueule. Et elle est un vrai petit bijou technologique. "Sans doute le projet le plus difficile de l’histoire du footwear", lâche Tinker Hatfield, vice-président de Nike chargé du design et des projets spéciaux. La basket renferme un micromoteur ultra léger à haute vitesse, activé par une batterie rechargeable lithium-polymère : de quoi activer le fameux système auto-laçant de câbles en fil de pêche et allumer une LED bleue – inspirée de Eve, la femelle robot dans "Wall E" - sous le talon au même moment. Le tout doit être rechargé pendant trois heures pour fonctionner ensuite "environ deux semaines".

Le journaliste de Wired a eu la chance d’essayer les Nike HyperAdapt 1.0 et voici ce qu’il raconte : "À la seconde où j’ai [glissé mon pied dedans], la chaussure s’est mis à émettre un bruit de bourdonnement électrique, comme le fait un jouet pour enfant. C’est le son que vous feriez sans doute si vous vouliez "faire le robot". Le son est étrangement jubilatoire, peut-être parce qu’il accompagne la chaussure lorsqu’elle épouse la forme de mon pied dans un genre de gentil câlin."

OK Nike, nous aussi on veut vivre l’expérience "câlin de pied", alors dépêche-toi de commercialiser les HyperAdapt 1.0 en France.