Après avoir posté une série de vidéos de son voyage en Corée du Nord, le Youtubeur britannique Louis Cole est accusé d'avoir été payé pour faire la propagande de l'État de Kim Jong-un.

Louis Cole, le Youtubeur derrière la chaîne de vlog de voyages FunForLouis ne passe pas une semaine très fun.

L’influenceur britannique fait la une des journaux, de Vanity Fair à Gawker – mais pas franchement pour une bonne raison.

Retour sur le "scandale" autour de ce Youtubeur de 33 ans.

VOIR AUSSI : Blogs de voyage: quand s'évader devient un business

Qui est ce gars ?

“We build too many walls and not enough bridges.” - Isaac Newton

Une photo publiée par Louis Cole (@funforlouis) le

Louis Cole est un Britannique star de YouTube. Sa chaîne, FunForLouis, est suivie par plus d’1,8 millions d’internautes.

Dans un communiqué, ses attachés de presse le décrivent comme "l’un des vloggers de voyage les plus influents sur le Web".

Par le passé, Cole, comme beaucoup d’autres Youtubeurs, a déjà cédé aux sirènes de la publicité en publiant plusieurs contenus sponsorisés par des marques comme KitKat et Doritos.

Il est en couple avec la Youtubeuse Raya.

Pourquoi les gens s’en prennent à lui ?

Cette semaine, Cole a mis en ligne une série de vidéos sur son voyage en Corée du Nord. Sept vidéos pour être exact.

youtube.png
Capture YouTube FunForLouis

"J’essaie de me concentrer sur les côtés positifs du pays et de combattre l’image toujours négative qu’en donnent les médias", écrit-il dans la description de cette série de vidéos sur YouTube.

Cependant, beaucoup de gens s’insurgent de voir le garçon se concentrer sur les "côtés positifs" sans jamais mentionner les côtés négatifs de la Corée du Nord. Les vidéos de Louis Cole – qui le montrent dans un parc aquatique ou en train de "jouer avec des enfants du pays" – ignorent totalement les problèmes du pays et le régime répressif de Kim Jong-un.

Dans un rapport récent, l’ONG Human Rights Watch rappelait que les abus de la Corée du Nord – incluant des exterminations, des meurtres, des tortures, des viols, des avortements forcés et d’autres violences sexuelles – sont sans égal dans notre monde contemporain.

kim_jong_un_coree_du_nord.png
PHILLIP DEFRANCO/YOUTUBE

Mais Louis Cole ne montre que les aspects positifs du pays, après avoir effectué un voyage contrôlé et surveillé.

Certains le qualifient d’ignorant, d’autres d’irresponsable pour avoir diffusé ces vidéos à un si grand nombre de personnes. Même s’il n’est pas un journaliste, il a une vraie audience. Et leur montrer ces vidéos très subjectives peut être franchement problématique.

De plus, si ses vues sur YouTube se transforment en rémunération (comme c’est souvent le cas dans le petit monde des Youtubeurs), alors on peut dire que Louis Cole a été payé pour faire la promotion de la Corée du Nord.

D’autres Youtubeurs en Corée du Nord

Louis Cole n’est pas le seul à tourner des vidéos depuis la Corée du Nord. Avant lui, un certain Jacob Laukaitis a notamment posté cette vidéo, il y a deux semaines.

Contacté par e-mail par Mashable, Jacob Laukaitis assure que sa vidéo est différente de celles produites par Louis Cole parce qu’il "ne montre pas la vie quotidienne en Corée du Nord ou la vie quotidienne des Nord-Coréens. Personne ne devrait se faire une opinion sur cela seulement à partir de ma vidéo. Elle montre simplement ce qu’on a pu voir en passant quelques jours sur place. Si quelqu’un veut en savoir plus sur la Corée du Nord, il devrait regarder d’autres documentaires et lire des livres."

Si Louis Cole est victime aujourd’hui d’un retour de bâton, c’est, selon Jacob Laukaitis, sans doute parce qu'il n'a pas compris "à quel point ce sujet est sensible pour des millions de personnes à travers le monde".

Comment YouTube réagit à tout ça ?

Certains estiment que la plateforme, d’abord connue pour sa nature démocratique où chacun pouvait diffuser ce qu’il voulait, est maintenant devenu une sorte de réseau social qui doit être vérifié et modéré.

Youtube n’a pas souhaité réagir à cette affaire malgré la demande de Mashable.

VOIR AUSSI : Dans une vidéo kitschissime, la Corée du Nord menace de réduire Séoul "en cendres"

Human Rights Watch en colère

"Cole s’amuse dans un village Potemkin, ignorant ce qu’il y a derrière la façade”, a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint de la section Asie d’Human Rights Watch à Mashable. "Mais le plus étonnant c’est que Louis Cole pense avec arrogance que la petite visite guidée qu’il a faite lui donne le droit de critiquer les portraits 'négatifs' - d’après lui - des médias faits sur la situation à partir du travail de journalistes qui ont justement creusé un peu plus profond que la visite guidée qu’on voulait leur faire faire."

Que répond Louis Cole ?

Le Youtubeur a décliné la demande d’interview de Mashable mardi. Mais mercredi, il a mis en ligne sur YouTube une vidéo dans laquelle il explique que rien de ce qui est dit dans les médias "n’est vrai" et qu’il ne fait en aucun cas la propagande de la Corée du Nord.

Il assure qu’il "n’est pas d’accord avec les idéologies nord-coréennes". Mais qu’il "aime les gens qui y vivent".

Dans cette vidéo de près de 5 minutes, aussi accompagnée d’un communiqué de presse, Louis Cole revient sur les objectifs de sa chaîne YouTube et sur pourquoi son voyage en Corée du Nord correspond parfaitement à ce qu’il a toujours fait.

"J’ai toujours voulu rencontrer les locaux, apprendre sur la culture et sur le pays", déclare-t-il. "Je ne suis pas un journaliste d’investigation, je ne fais pas vraiment de commentaire politique… Alors ce voyage en Corée du Nord, j’y suis allé comme un touriste. En participant à un circuit organisé."

Il reconnaît qu’il sait "ce qu’il se passe là-bas" : "Je ne suis pas naïf sur tout ça." Et s’il ne s’excuse pas pour autant pour sa série de vidéos très orientées, Louis Cole avoue qu’il aurait dû encourager les internautes à faire leurs propres recherches sur le pays avant de regarder ses vidéos.

Dans le communiqué de presse, ses porte-paroles soulignent une dernière fois que ces vidéos "n’ont été ni payées ni commandées ni influencées par aucun homme politique ou membre du gouvernement."

- Adapté par Louise Wessbecher. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.