Depuis quelques années, le phénomène des vidéos sensorielles prend de l'ampleur sur Internet. Mashable est parti à la rencontre de ceux qui les regardent. Une communauté pleine de questions.

Dans cette vidéo, et pour les 30 prochaines minutes, ce Youtubeur va vous parler. Il vous guidera à travers une série de sons provoqués par des objets en bois, créés pour tester vos connexions nerveuses et cérébrales. J’ai regardé la vidéo en entier, et bien d’autres, des centaines de fois, presque tous les jours et ce depuis des années.

Si je fais cela, c’est parce que j’ai des ASMR (Autonomous Sensory Meridian Response = réponse automatique des méridiens sensoriels). Le problème, c’est que je ne sais pas vraiment ce que c’est. En fait, personne ne le sait. La seule chose que je sais, c’est qu’il y a quelques années, je pensais être le seul.

Aujourd'hui, il est évident que ce n'est pas le cas. Une rapide recherche d’ASMR sur YouTube fait apparaître plus de trois millions et demi de vidéos. La plupart montrent des gens en train de chuchoter ou de taper sur des objets du quotidien. Comme dans la vidéo ci-dessus.

Ally a plus de 185 000 abonnés sur sa chaîne YouTube ASMRequests. Elle fait partie des nombreux créateurs de contenus de ce genre, connus sous le nom d’ASMRtistes. Ces derniers ont développé une des communautés les plus étranges d'Internet. Et si tout le monde y est le bienvenu, ces vidéos ne s’adressent pourtant qu’à peu de gens.

En effet, pour certaines personnes, certains sons et visuels déclenchent un sentiment unique et extrêmement agréable. Il faut l'imaginer comme un diapason, partant de l’arrière de votre crâne. La sensation – un doux frisson – se répand comme un liquide à l'arrière du crâne, jusque dans le cou et le dos. Elle irradie comme une pulsation, ou une lumière qui serait allumée, éteinte, rallumée, etc... C’est en tout cas ce que cela me fait. C’est incroyablement reposant, mais comme toute autre sensation, les mots ne lui font pas honneur.

asmr_feeling.gif

Avant que les scientifiques ne se penchent sur le phénomène et lui attribuent le terme d'ASMR, on désignait cette sensation comme un "massage cérébral" ou encore "orgasme cérébral".

Il y a six ans, aucun mot n’existait pour décrire cette expérience. La sensation était presque inconnue, et très peu documentée. Pas de vidéos, pas de sites Internet, et encore moins de rapports scientifiques ou médicaux sur le sujet. On trouvait seulement quelques personnes qui, ici et là, partageaient dans d’obscurs messages leurs expériences et ce qui les déclenchait : des murmures, l’émission de télé Big Brother et, bien sûr, Bob Ross.

Si l’ASMR doit avoir un parrain, c'est bien lui. L'Américain Bob Ross animait à la télévision une émission intitulée "The Joy of Painting" (La joie de peindre). Son programme présentait déjà toutes les particularités d'une vidéo ASMR : une voix douce directement adressée au spectateur, de la peinture, les SONS de cette peinture, le doux grattement d’une spatule sur une toile sèche...

Si les déclencheurs d’un ASMR varient presque à l’infini en fonction des individus, Bob Ross est considéré comme un catalyseur presque universel. En discutant avec des ASMRtistes, le nom de Bob Ross n’est jamais loin.

"Je décrirais l’ASMR comme des frissons très agréables, semblables à ceux qu’on ressent quand quelqu’un nous caresse la peau du dos, joue avec nos cheveux, ou qu’on est spectateur d'une activité particulière, comme c’est le cas avec Bob Ross", explique Heather Feather, une artiste ASMR suivie par plus de 180 000 abonnés sur YouTube.

Annette Kowalski, qui a longtemps collaboré avec Bob Ross, a confié à Mashable qu’elle ignorait l'intérêt de la communauté ASMR pour Bob Ross. Mais elle est familière de l'effet que l’homme et son émission produisait sur les gens. Elle rencontre Bob Ross alors qu'elle recherche un cours de peinture donné par des personnes peignant déjà pour la télévision. Elle le rencontre, et est immédiatement subjuguée par le personnage.

"J’étais fascinée par l’homme, et par l’effet qu’il avait sur les gens", explique-t-elle. "Ses peintures ne m’intéressaient même pas. Je le suivais partout, et j'observais comment les gens réagissaient à sa présence."

Elle convainc alors Bob Ross de déménager à Washington. L’émission "The Joy of Painting" est créée après qu’un responsable ait vu l’artiste peindre dans une publicité.

L’émission a un arrangement audio assez étrange. Les sons produits par Bob Ross quand il peint – le frottement du pinceau sur la palette, le grattement sur la toile – sont presque aussi forts que sa voix.

Annette Kowalski explique que cela a été pensé exprès : "Tout le monde était conscient, dont Bob, que les sons jouaient un rôle essentiel dans sa spécificité."

Les sons, et la manière dont ils étaient enregistrés, étaient cruciaux. Un ASMR est souvent provoqué de manière audivite, surtout quand l'auteur donne une attention personnelle au spectateur, comme Bob Ross le fait en s’adressant directement au spectateur.

Dmitri, qui crée des vidéos diffusées sur le compte YouTube MassageASMR, précise que l’audio était presque trop parfait dans cette émission. "Tous ceux qui travaillaient sur l'émission savaient que l'essentiel, c'étaient les sons. Dans ces vidéos ça n’arrête pas : pour une personne sensible aux ASMR, c'est déclic sur déclic."

Les jeux de rôle sont les plus populaires. Personne ne sait vraiment pourquoi, mais il semblerait que l'implication du spectateur y soit pour beaucoup. Les vidéos sont souvent axées autour d’une expérience imaginaire immersive, comme une visite médicale ou l'arrivée dans un hôtel ou un spa. L'acteur de la vidéo s'occupe personnellement du spectateur, en le guidant à travers différentes étapes et actions. L’examen des nerfs crâniens sont particulièrement populaires.

Quelques artistes ASMR touchent les gens plus que d’autres. Mais quasiment toutes les vidéos donnent à voir une personne s’adressant directement à la caméra – façon Bob Ross.

Parmi les millions de vidéos disponibles sur YouTube, il existe donc la catégorie ASMR, et ses centaines de sous-catégories déjà existantes. En voici quelques unes particulièrement populaires.

Tapotements

Un des déclencheurs les plus classiques est le tapotement. Les vidéos sont en général assez dynamiques. Les A(SM)Rtistes tapotent toute une série d’objets pour créer différentes variétés de sons.

Brossage

Cette catégorie peut inclure le brossage de cheveux, la peinture, ou des caresses sur la caméra ou le micro. Dans de nombreuses vidéos, les gestes sont combinés à du jeu de rôle.

Sons parlés

Cette catégorie est plus récente, et concerne tous les types de murmures. La sensation de proximité joue en général beaucoup dans le déclenchement de l’ASMR.

Il n’existe pas de vidéos ASMR sans paroles, même dans les deux premières catégories précédemment citées. Certaines sont visuelles, comme le pliage de serviette ou le cirage de chaussures. D’autres sont basées sur un thème, comme des messages d’optimisme, la collection de bibelots ou l’énumération de chiffres. Sur les chaînes ASMR, on voit aussi parfois des vidéos "non intentionnelles" : des enregistrements aléatoires, mais qui contiennent tout de même des éléments déclencheurs d'ASMR. La plupart d’entre elles combinent des variations de catégories classiques, connues sous le nom de "déclic".

Ces catégories ont évolué rapidement en quelques années, au fur et à mesure du développement de la communauté et de l'augmentation du nombre d'ASMRtistes.

La YouTubeuse WhisperingLife est connue pour avoir créé la première vidéo cherchant consciemment à déclencher un ASMR : "Whisper 1 – hello !". Elle explique que les forums liés à l'émission "Big Brother" lui ont donné l'envie de créer des vidéos de murmures.

"Il me semblait qu’il y avait quelques personnes comme moi, selon les commentaires, et j’ai réalisé que personne n’avait créé de chaîne consacrée au murmure, donc je l’ai fait ! La chaîne a vite décollé", confie-t-elle dans un e-mail.

D’autres semblent avoir découvert l’ASMR par hasard. The New Massageclips ASMR publie une vidéo en mai 2007. Celle-ci contient certaines particularités des vidéos ASMR : un massage, un orateur avec une voix douce. Plusieurs commentaires comparent alors ces vidéos à celles de Bob Ross.

asmr_comment.png

Lentement, une communauté commence à se former, composée de personnes qui réalisent qu’eles ne sont pas les seules à expérimenter ce sentiment de picotement. Parmi les plus anciens, on trouve la Society of Sensationalists, un groupe Yahoo fondé en 2008. Un blog appelé The Unnamed Feeling, créé ultérieurement, lui apporte de nombreuses mises à jour à partir de février 2010.

Il peut sembler étrange que j’aie vécu pendant 20 et quelques années avec cette sensation, sans savoir si j’étais le seul ou non à l'expérimenter. Mais la sensation en elle-même n'était pas si étrange. Je la connaissais depuis l’enfance, et ça ne m’arrivait pas si souvent.

Mais je n’avais jamais rencontré quelqu’un qui soit sensible à l'ASMR, et je n'en avais jamais parlé avec personne, jusqu'il y a un an.

Comme pour beaucoup des ASMRrtistes que j’ai interrogés, la sensation remonte à un très jeune âge. Il s'agit d'un évènement occasionnel, mais facilement reconnaissable. J’ai aussi des migraines occasionnelles, avec troubles de la vision et nausées : ces "symptômes", d’autres personnes avec ASMR les expérimentent aussi, même si la connexion entre les deux n’a pas été prouvée.

De temps en temps, je voyais ou entendais quelque chose, comme une scène de film par exemple, qui me provoquait un ASMR. C’est une sensation plaisante qui passe rapidement, en quelques secondes. Mais je n’avais jamais tenté de provoquer la sensation. Quand cela arrivait, c’était une bonne surprise, mais je ne pensais pas pouvoir le contrôler.

Jusqu’à ce que je découvre Baba.

Baba est devenue une petite célébrité sur le web. Beaucoup de gens ont fait le trajet jusqu’à son échoppe à Pushkar, en Inde, pour un massage crânien hors du commun. Je n’avais jamais rien vu de semblable (même si ce genre de massages vigoureux est commun en Inde) et les sensations n’avaient jamais été aussi fortes.

J’ai regardé la vidéo de Baba, encore et encore, et il est alors devenu clair qu’il s’agissait là de quelque chose que je pouvais contrôler. Et pourtant, cela ne demande pas beaucoup de concentration. Pendant le visionnage d’une vidéo ASMR, j’ai tendance à déconnecter. Cela demande peu d’efforts de s’imaginer dans un "ailleurs" de son choix. L'expérience s'apparente à de la méditation, pendant laquelle je me concentre uniquement sur le fait d’absorber les sons et les images.

Les effets de cette vidéo ont fini par s'estomper, ce qui m'a poussé à rechercher des expériences similaires. Dans le même temps, d’autres personnes ont eu la même démarche que moi.

asmr_graph.png
Évolution du nombre de recherches "ASMR" sur Google et YouTube

Le terme ASMR a lentement émergé en 2010. À partir de 2011, il a complètement décollé dans les recherches Google et YouTube, mais est demeuré une sorte de pratique rituelle inconnue du grand public. Les ASMRtistes eux-mêmes apprenaient chaque jour un peu plus sur les sensations, et leurs déclencheurs. La plupart des internautes ont ainsi découvert l’ASMR de la même manière que moi, par hasard.

À part pour Ally. Elle dit n’avoir pas expérimenté d’ASMR quand elle était petite. Quand son petit ami lui a montré les vidéos, elle était au départ très sceptique.

"J’ai remarqué que beaucoup de jolies jeunes filles faisaient des vidéos, et je me disais ‘Vraiment ? Tu ressens juste des chatouilles et ensuite tu te couches ? Vraiment ?'", ironise-t-elle.

C’est une réaction classique des gens qui découvrent l’ASMR mais n’ont jamais expérimenté eux-mêmes la sensation. La plupart des vidéos créent une ambiance volontairement intime, car l’attention donnée au spectateur augmente la probabilité de déclencher l'ASMR. Cependant, cette sensation n’est pas sexuelle par nature, même si beaucoup de gens, comme Ally font la connexion entre les deux.

"En fait, ça ne pourrait pas être plus éloigné de la chose érotique", explique-t-elle.

En général, la nature des vidéos ASMR tend à être rebutante pour les non-initiés. Mais l’émergence de l’ASMR dans la culture populaire a rendu le débat plus facile, et – on peut l'espérer – sa compréhension plus facile, ainsi que sa recherche. Plusieurs médias ont publié des articles du genre "Regardez ce phénomène étrange !". Une réaction plutôt logique, car il s’agit bien d’un phénomène étrange. Un documentaire est en préparation. L’émission web "High Maintenance" a récemment invité un auteur de vidéos ASMR. Dans une interview, les créateurs de l’émission ont souligné à quel point il peut être stigmatisant de regarder ces vidéos.

Je n’ai parlé de ce phénomène qu’avec une poignée d’amis, surtout depuis que je travaille sur le sujet, afin d’évaluer et recueillir leur réaction. Une grande perplexité est la réponse la plus courante.

Le mystère qui entoure l’ASMR provient surtout du manque d’information – personne ne sait vraiment de quelle maladie il s’agit, si c’est une maladie.

Il existe énormément de théories débattues au sein de la communauté ASMR, surtout par rapport à la libération de sérotonine et d’ocytocine dans le cerveau. Une étude du Darmouth College devrait bientôt être publiée sur le sujet.

Le manque de preuves concrètes autour du phénomène – aucune référence n’a été faite auparavant – a provoqué un grand scepticisme quant à la véracité de la chose. Le nombre de personnes ayant décrit la même sensation, ainsi que l’augmentation de la communauté ASMR, a heureusement calmé ces rumeurs. Mais sans preuve scientifique, il peut effectivement sembler difficile de prendre au sérieux ces personnes qui chuchotent devant leur caméra.

Quelques conclusions toutefois : l’ASMR a souvent été comparé au frisson, comme celui que certaines personnes ressentent en écoutant de la musique. Steve Novella, un docteur auteur d’un blog sur les neurosciences, a remarqué que les différents déclics associés à l’ASMR sont reliés à une partie du cerveau, "cette part de nous qui interagit attentivement et consciemment avec notre environnement. Il y a quelque chose d’apaisant à propos de ces déclics". Novella a aussi remarqué que l’ASMR avait des caractéristiques le rendant légitime, comme la ressemblance frappante entre toutes les chaînes et vidéos existantes.

Les partisans de l’ASMR ne sont pas timides et ont longuement expliqué ses vertus, soutenant même que le phénomène touche à des maladies comme la dépression ou le stress post-traumatique, les troubles du sommeil et de la concentration, l’anxiété et les migraines. Il n’y a que peu voire pas de preuve à ce propos, car aucune étude scientifique n’existe pour l'instant sur le phénomène.

Et même si c’était le cas, combien de personnes cela pourrait-il vraiment aider ? Le pourcentage de la population sensible à l’ASMR est inconnu, mais toutes les personnes qui se sont exprimées sur le sujet avouent n’avoir rencontré des gens connaissant l’ASMR qu’au sein des communautés dédiées. Puisque de toute évidence tout le monde n’expérimente pas l’ASMR, son apport thérapeutique semble limité.

D’un autre côté, tandis que la communauté continue de croître chaque jour, la technologie s’améliore elle aussi. Les auteurs de vidéos n’expérimentent pas seulement de nouveaux déclencheurs, mais travaillent aussi à améliorer l’aspect visuel et audio : la lumière, l’editing et le mixage de leurs vidéos.

TheWaterwhispers, un autre artiste ASMR très populaire, explique que les créateurs ont commencé à améliorer leurs équipements vers 2012. De meilleures caméras et une production de qualité ont rendu les vidéos plus belles. Mais ce qui compte le plus reste le son. Étant la meilleure manière de déclencher un ASMR, les micros ont naturellement joué un rôle primordial, surtout les microphones stéréophoniques.

asmr_audio.jpg
Beaucoup d'ASMRtistes utilisent des microphones binoraux, qui crée l'effet d'un son 3D, ou l'illusion d'être dans la pièce où se produisent les sons. Ce modèle 3Dio, très populaire, a des oreilles en silicone très réalistes et détaillées.
2dio

"J’ai acheté un appareil photo Canon DSLR 60D, et j’ai ensuite réalisé qu’il me fallait un micro à part, parce que beaucoup de gens aiment le stéréophonique", explique TheWaterwhispers, dont le vrai nom est Ilse. "Tout à coup, la stéréo est devenue un élément essentiel."

L’enregistrement stéréo permet la reproduction des sons tels que les humains l’entendent dans la réalité. Les systèmes spécialisés utilisent deux micros pour créer un son en trois dimensions. Avec cette technologie, on peut reproduire le son de quelqu’un parlant à côté ou derrière l'auditeur, surtout si celui-ci porte un casque.

Cette tendance à créer des contenus toujours plus élaborés pour l’ASMR a poussé certaines personnes à explorer leurs talents en dehors de la communauté YouTube. Certains artistes, qui avaient commencé avec des vidéos de murmures, semblent aujourd’hui se tourner vers des technologies plus poussées, comme la réalité virtuelle.

L’arrivée de la réalité virtuelle a ouvert la porte à des expériences encore plus immersives et personnelles, et dont les ASMRtistes s’emparent. Certaines vidéos emmènent déjà leurs spectateurs dans de petites aventures. Ally elle-même est sur le point de lancer sa propre entreprise de réalité virtuelle.

Malgré le succès de certains artistes, la communauté cherche encore des réponses à ses questions. N’importe lesquelles. Personne ne sait vraiment "comment" les gens ressentent un ASMR, ses causes, ni même ses possibles effets secondaires.

"Dès qu’une étude semble apporter un indice, tout le monde se jette dessus pour savoir ce qu'elle dit, ce qu’il y a de nouveau sur le sujet", explique Heather.

Maria veut des réponses. Elle détient GentleWhispers, la chaîne YouTube la plus populaire avec plus de 300 000 abonnés, mais craint la stigmatisation de la communauté.

"Malgré le soutien qui existe dans ce milieu, même les artistes ASMR les plus populaires ont tendance à se sentir ostracisés, rejetés. Une meilleure compréhension des choses résoudrait cela", confie-t-elle.

Ayant connu l’ASMR depuis l’enfance, je me souviens du sentiment de confusion et de solitude lié à cette expérience. À un moment, je me suis même demandé si c'était ça, l'amour. Je n’en ai jamais parlé jusqu’à il y a un an, quand j’ai découvert que la communauté ASMR existait sur le web, et que les connaissances collaboratives, même limitées, définissait une sorte d'"état". C’était un soulagement.

Mais même si les connaissances progressent sur le sujet, beaucoup de questions doivent encore être posées.

Qu’arrive-t-il au corps et à l’esprit humain quand la sensation se déclenche ? Cette sensation est-elle reliée à d’autres caractéristiques humaines, des maladies peut-être ? Est-ce que des personnes qui n’ont jamais ressenti d’ASMR peuvent l’expérimenter pour la première fois en regardant ces vidéos ?

Je ne peux que vous encourager à aller en regarder. Même sans effet, elle reste une fenêtre ouverte sur une étrange niche que l’Internet a permis de créer, une niche très relaxante. Et qui sait, peut-être allez-vous vous mettre à ressentir quelque chose de bizarre.

–– Adapté par Charlotte Viguié. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.