Les concours de beauté ont vu, comme chaque année, défiler plusieurs Miss noires. Parmi elles, certaines ont opté pour une coupe afro. Un geste pas si anodin, dans un secteur aux canons uniformisés, et qui a fait réagir de nombreux internautes.

Ces derniers jours, deux Miss noires se sont distinguées lors de concours de beauté pour avoir eu l'audace d'opter pour une chevelure naturelle. Miss Jamaïque, arrivée sixième lors de l’élection Miss Monde dimanche, a défilé en arborant fièrement ses dreadlocks. Samedi 19 décembre, c'est la Martiniquaise Morgane Edvige qui a été la première dauphine du concours de Miss France assumant une coupe afro.

Plusieurs femmes, à l’instar de Charlène Civault, en 2011, et Daniaty Yves, en 2013, avaient déjà opté pour le cheveu afro, sans jamais atteindre le podium. Seules deux métisses – aux cheveux lissés –, Sonia Rolland en 2000 et Flora Coquerel en 2013, avaient remporté la couronne de Miss France.

Le cheveu afro surprend encore

Cette année, les internautes ont donc pu découvrir Morgane Edvige mais aussi Ramatou Radjabo qui représentaient respectivement la Martinique et Mayotte. Si la seconde n’a pas été sélectionnée par le jury et le public, les deux jeunes femmes n’ont pas laissé les spectateurs indifférents.

Car le port du cheveu afro surprend encore, à en croire les internautes qui n’ont pas épargné, les deux jeunes femmes. Un militant PS, Clément Laforge a le premier ouvert les hostilités avant de s’excuser et supprimer son tweet sur la "femme caniche" en référence à la coupe de cheveux des deux Miss.

 

 

Plusieurs internautes ont dénoncé le racisme latent des concours de beauté.

 

 

 Le "diktat blanc" contesté

Ces réactions traduisent, pour beaucoup, le malaise généré par l’apparition de canons jugés atypiques dans des sociétés qui font encore la part belle aux beautés blanches. Comme l’explique la bloggeuse et afro féministe Mrs Roots, "la beauté noire a toujours été synonyme d’une laideur imposée, à l'opposé des modèles de beauté blancs véhiculés en Occident. Ce qui change aujourd'hui, c'est que des communautés minorisées refusent d'être invisibles. "Les réseaux sociaux rendent de moins en moins possible le récit d’une beauté unique", résume Mrs Roots.

Comme le montrent Miss Martinique et Miss Mayotte avec leurs cheveux crépus, de nombreuses femmes noires assument leur coupe afro. Réappropriations des origines, acceptation d’identité ou changements de style, il n’y a pas forcément de signification unanime et systématique. La norme du cheveu lisse vient, elle, de prendre un sérieux coup.