C'est une décision historique qui "envoie un message clair", selon le député à l'origine du texte : "L'Irlande veut penser au-delà des intérêts à court terme."

Au terme de deux années de débat, les parlementaires irlandais ont adopté le Fossil Fuel Divestment Bill, jeudi 12 juillet. Ce texte inédit interdit désormais au fonds souverain irlandais d’investir dans les énergies fossiles.

VOIR AUSSI : En 1912 déjà, un article faisait état des effets des énergies fossiles sur l'environnement

En d'autres termes, le pays va devoir renoncer à ses 300 millions d'euros de parts détenues dans environ 150 compagnies productrices d’énergies fossiles (charbon, pétrole, tourbe ou gaz), comme on l'apprend dans cet article du Guardian. Ces actifs vont être mis en vente dans les cinq prochaines années.

Avec cette décision historique, l'Irlande va plus loin encore que la Norvège qui se désengage progressivement des compagnies pétrolières sans aller jusqu'à l'inscrire dans la loi.

"Le mouvement [de désinvestissement] met en avant l'urgence de cesser d'investir dans l'expansion de cette industrie mondiale qui pèse lourd sur le changement climatique", a fait savoir Thomas Pringle, le député indépendant à l'origine du projet de loi, dans les colonnes du Guardian. "En adoptant ce texte, l'Irlande envoie un message clair : le peuple irlandais et la communauté internationale sont prêts à penser et à agir au-delà des intérêts à court terme", a-t-il ajouté.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.