Si vous détestez les passages à l'heure d'été ou d'hiver, c'est le moment de vous faire entendre : la Commission européenne a mis en ligne un sondage pour la conservation ou l'abolition du changement d'heure.

Chaque année, nous décalons nos aiguilles d'une heure lors des passages à l'heure d'été ou d'hiver, dans le but de limiter les dépenses liées à l’éclairage. En vigueur depuis 1976, le concept pourrait bien être en train de vivre ses derniers instants. 

VOIR AUSSI : Changer d'heure ne fait pas spécialement baisser la facture d'énergie 

Jeudi 5 juillet, la Commission européenne a mis en ligne un questionnaire public, disponible dans toutes les langue parlées en Europe (excepté l'irlandais). Cinq questions pour permettre aux citoyens de décider si oui ou non le changement d'heure doit être maintenu, s'ils préfèrent l'heure d'été ou l'heure d'hiver... L'institution cherche également à savoir quelles seraient les motivations derrière les choix de chacun : économie d'énergie, loisirs en soirée, sécurité routière ou autre. 

À l'heure où nous écrivons, la page du sondage est temporairement inaccessible, mais Le Dauphiné libéré en a publié une capture d'écran. 

capture-d-ecran-du-questionnaire-europeen-sur-le-changement-d-heure-photo-cd-ebra-1530797555.jpg
Le dauphiné.com

Un simple questionnaire qui risque de devenir un vrai débat, puisque les différents pays ont toujours eu du mal à s'accorder sur une réponse unanime. En janvier dernier, la Finlande récoltait plus de 70 000 signatures sur une pétition demandant l'abolition du changement d'heure : logique, compte tenu du fait que le soleil ne se couche jamais en été et peine à se lever en hiver dans le pays. Des résultats contradictoires avec ceux d'un sondage mis en ligne en 2014 par la société internationale de services de conseil ICF, qui affirmait qu'une large majorité des Européens était pour cette pratique. 

De votre côté, vous avez jusqu'au 16 août prochain pour faire entendre votre voix à la Commission européenne.  

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.