La statue de la Liberté a été évacuée mercredi après l'escalade du monument par une femme dénonçant la séparation des enfants de leurs parents dans les familles entrées illégalement aux États-Unis.

La date et le lieu n'ont de toute évidence pas été choisis au hasard. Pour dénoncer la séparation des enfants de leurs parents dans les familles entrées illégalement aux États-Unis, via le Mexique, une femme a grimpé mercredi 4 juillet, jour de la fête de l'Indépendance, en haut du piédestal de la statue de la Liberté à New York.

VOIR AUSSI : Que deviennent les enfants séparés de leurs parents immigrés clandestins aux États-Unis ?

La militante, identifiée comme étant Therese Okoumou er refusant de descendre, elle a finalement été délogée par deux officiers en harnais d'escalade. Quelques minutes auparavant, la femme avait ôté ses chaussures de sport roses et tenté sans succès d'escalader la robe patinée de vert-de-gris de la géante de cuivre. L'incident a obligé le service du parc à évacuer plusieurs milliers de touriste du complexe.

La militante faisait apparemment partie d'un groupe de sept manifestants qui avait auparavant déployé une banderole portant l'inscription "Supprimez l'ICE" devant le piédestal de la statue. L'ICE (US Immigration and Customs Enforcement), service de l'immigration et des douanes, a été au centre de la politique de l'administration Trump, aujourd'hui abandonnée, qui prévoyait de séparer les parents des enfants dans les familles entrées illégalement aux États-Unis, via le Mexique, ce qui a mené à des appels en faveur de sa dissolution.

– Avec Reuters et AP

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.