Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot doit dévoiler, mercredi, ses mesures pour tenter d'enrayer le déclin des espaces naturels et des espèces, marqué par une accélération sans précédent.

Abeilles décimées, campagnes vidées de leurs oiseaux, insectes volatilisés... Le gouvernement se penche, mercredi 4 juillet, au chevet d'une biodiversité qui "se meurt en silence".

VOIR AUSSI : Ruches connectées, robots désherbants, remèdes aux antibiotiques d’élevage: ces start-up françaises qui font du bien à nos campagnes

"La nature nous lance un SOS, un appel à l'aide. La biodiversité se meurt en silence", avait lancé en mai, à Marseille, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, en annonçant ce plan dont le contenu doit être dévoilé, et chiffré, mercredi après-midi. Pour signifier l'ampleur de l'engagement, Édouard Philippe annoncera les mesures entouré de plusieurs ministres, dans la grande galerie de l'évolution du Musée national d'histoire naturelle.

Environ 90 mesures sont attendues, à l'esprit d'abord incitatif plus que contraignant

Il y sera question de gestion des plastiques, de réduction de l'artificialisation des sols, de pesticides. "Nous allons fixer l'objectif de zéro artificialisation net des sols", a promis Nicolas Hulot mardi dans un entretien au Parisien. "L'objectif est au minimum de compenser les surfaces artificialisées en désartificialisant des surfaces équivalentes", poursuit le ministre, qui s'engage à lutter contre l'étalement urbain. "L'apogée des grandes surfaces démesurées est derrière nous", assure-t-il.

La défense de la faune et de la flore passera aussi par la création ou l'extension de "vingt réserves nationales d'ici la fin du quinquennat", fait-il savoir. Lundi, lors d'un Facebook live au côté du chef du gouvernement, Nicolas Hulot avait déjà présenté un objectif de "100 % de plastique recyclés d'ici 2025" pour ce plan.

Environ 90 mesures attendues

"La plupart des ministres vont arriver avec leurs propres contributions. On va se mettre en ordre de marche pour que chacun, acteurs politiques, responsables territoriaux, acteurs économiques et citoyens, se penchent au chevet de la biodiversité", a-t-il ajouté. Environ 90 mesures sont attendues, à l'esprit d'abord incitatif, plus que contraignant.

Édouard Philippe a confirmé l'interdiction du glyphosate dans ses principaux usages d'ici 2021

Selon Le Parisien, un plan national d'actions pour la protection des cétacés devrait être mis en place dès cette année. Autre mesure citée par le quotidien : "Les collectivités devront publier les quantités de pesticides utilisés sur leur territoire". Afin de protéger les océans, le plan prévoit de "supprimer progressivement 12 produits en plastique à usage unique retrouvés le plus fréquemment sur les plages" comme les pailles ou les touillettes.

VOIR AUSSI sur France 24 : Comment rendre virale une vidéo sur le réchauffement climatique, par Nicolas Hulot

Pour "enrayer la disparition silencieuse de la biodiversité", Édouard Philippe a confirmé l'interdiction du glyphosate dans ses principaux usages d'ici 2021 et pour tous usages d'ici 5 ans. Comme prévu depuis 2016, le recours aux néonicotinoïdes sera prohibé au 1er septembre (avec des dérogations possibles). Et "nous soutenons une extension d'interdiction" aux produits de même famille, a-t-il ajouté.

– Avec AFP

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.