Lors d'une cérémonie émouvante, les dépouilles de Simone Veil et de son époux Antoine ont fait leur entrée au Panthéon. Le public a salué l'engagement de l'ancienne ministre pour les droits des femmes, l'Europe et la mémoire de la Shoah.

"Puissent vos combats continuer à couler dans nos veines, à inspirer notre jeunesse et à unir le peuple de France." C'est par ces mots que le président Emmanuel Macron a fait entrer, dimanche 29 juin, la dépouille de Simone Veil, au Panthéon. Avec celle de son époux Antoine, dont elle était "inséparable", comme l'a souligné le président, elle a rejoint dans cette nécropole laïque les grands hommes et les grandes femmes de France. Elle reposera désormais dans le même caveau que Jean Moulin, René Cassin, André Malraux et Jean Monnet.

VOIR AUSSI : 2018, l'année Clemenceau : l'homme qui voulait faire la paix

Malgré la chaleur, des milliers de Français étaient venus rendre un dernier hommage à cette femme, ancienne déportée, ministre de la Santé, présidente du Parlement européen, qui a tant marqué l'histoire du XXe siècle. Sur le parcours, depuis le Mémorial de la Shoah, jusqu'au Panthéon, ce sont des applaudissements ininterrompus qui ont suivi le cortège. "C'est tout à fait normal. Johnny Hallyday a bien eu le droit à un passage sur les Champs-Élysées à sa mort, Simone mérite bien ça", souligne Ginette Kolinka, ancienne déportée, qui a fait sa connaissance dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. "C'est quelqu'un qui fait l'unanimité auprès de tout le monde. Je n'entends que du bien sur elle", ajoute-elle en parlant de son amie.

Une icone dans le combat pour les femmes

Dans le public, beaucoup assistaient à cette cérémonie solennelle, mais ô combien émouvante, pour témoigner leur reconnaissance à l'ancienne personnalité préférée des Français. Huguette a fait le déplacement en famille, avec sa fille et sa petite-fille : "En tant qu'infimière, j'ai rencontré beaucoup de femmes qui ont du faire des avortements clandestins. C'était très dur. Je sais ce que les femmes françaises doivent à Simone Veil", explique-t-elle en faisant référence à la loi Veil de 1975 sur l'interruption volontaire de grossesse. Sa fille Anne retient pour sa part son engagement pour l'Europe : "Après tout ce qu'elle a vécu, cela donne une idée du caractère de cette femme admirable."

De nombreux élèves de classes scolaires assistaient aussi à cet hommage national, invités pour la plupart par l'Élysée. Auprès de la nouvelle génération, Simone Veil est toujours un modèle. "C'est une icône dans le combat pour les femmes. Cela a eu un impact sur nos vies", affirme Capucine, lycéenne en classe de 1ère à Montmorency. Même chez les plus jeunes, l'ancienne déportée est un exemple à suivre. "Je pense que c'est une grande femme. Elle a survécu à la guerre et elle s'est battue toute la vie pour le droit des femmes. Elle a eu du courage", résume Lou, une élève de CM2 d'une école de Bondy. "Aujourd'hui, c'est un moment de respect pour elle", ajoute son camarade Anis.

Sous les yeux de ces milliers élèves, Simone Veil a rejoint la grande histoire de France. Sa famille et ses proches l'ont aussi accompagnée dans sa dernière demeure. Pour sa grande amie Marceline Loridan-Ivens, elle aussi rescapée d'Auschwitz, cette cérémonie a été parfaite. Tout sourire, elle se réjouie de savoir que Simone Veil n'est pas entrée seule dans ce lieu, mais accompagnée par la mémoire de milliers de victimes de la Shoah. Avec elle, ce sont tous les déportés qui sont désormais honorés au Panthéon : "Je suis très émue et très fiere. Une fille de Birkenau est entrée dans cette maison. Elle nous honore toutes."

– Cet article a initialement été publié sur le site de France 24.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.