Après presque quatre ans de voyage et de 3,2 milliards de km parcourus, la sonde japonaise Hayabusa 2 arrive près de l'astéroïde Ryugu, qu'elle doit étudier sous toutes les coutures et sur lequel elle doit déposer un petit atterrisseur.

La légende japonaise dit qu'un pécheur s'en est une fois allé sur le dos d'une tortue dans le Ryûgû-joo : le palais sous-marin d'un dragon, d'où il déroba une petite boîte mystérieuse. En 2018, c'est Hayabusa 2 qui part à l'assaut de Ryugu, un astéroïde dont elle va prélever quelques milligrammes de poussière pour les ramener sur Terre.

VOIR AUSSI : Bon, a priori cet astéroïde n’appartient pas aux aliens, mais les recherches continuent

Après Rosetta et Philae, c'est donc une nouvelle aventure robotisée qui commence, à 280 millions de kilomètres de la Terre. Ryugu, c'est un objet bien particulier : c'est ce qu'on appelle un astéroïde de type C, comme carbonné, qui intéresse particulièrement les astronomes, car ils sont anciens, probablement contemporains de la création du système solaire il y a 5 milliards d'années. C'est donc cette formation, par ricochet, qui va pouvoir être étudiée.

Pour ce faire, Hayabusa 2, envoyé par l'Agence japonaise JAXA, recevra un petit coup de main européen appelé Mascot. Stephan Ulamec, est son responsable à l'Agence spatiale européenne. "La sonde va larguer un petit atterrisseur de la taille d'une boîte de chaussures : c'est Mascot. Il pèse seulement 10 kilogrammes, il n'embarque que quatre instruments scientifiques, mais il nous permettra de faire de belles découvertes avec la sonde Hayabusa 2."

La sonde va étudier quelques mois l'astéroïde Ryugu avant de larguer l'aterrisseur. Il faudra attendre le mois d'octobre pour que Mascot débute sa mission.

– Cet article a initialement été publié sur le site de RFI.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.