La surveillance s'intensifie en Chine, où les voitures seront d'ici peu un nouveau moyen pour le gouvernement de contrôler ses résidents.

Après les "capteurs pour cerveau" utilisés par de nombreuses entreprises pour analyser les réactions de leurs employés, c'est au tour du gouvernement chinois d'aller un peu plus loin dans la surveillance des individus : en effet, une nouvelle forme de contrôle pourrait dès 2019 passer par les voitures des habitants du pays. 

VOIR AUSSI : Sous couvert de productivité, des entreprises chinoises surveillent leurs employés grâce à des "capteurs pour cerveau"

Selon le Wall Street Journal, le gouvernement chinois serait en train de mettre en place un programme dans lequel les véhicules du pays seront bientôt tous équipés de vignettes RFID (radio-identification). Effectif dès 2019, certains citoyens pourront cependant se porter volontaires à partir du 1er juillet de cette année. Officiellement, cette décision aurait pour but d'étudier et donc de contrer les embouteillages – facteur majeur de pollution dans le pays –, mais aussi d'endiguer la montée des attaques terroristes par véhicules. 

Comme des vignettes d'assurance

Installés prochainement sur les pare-brises des voitures – comme les vignettes d'assurance –, ces petits dispositifs ne devraient pas fournir au gouvernement la localisation d'un véhicule, comme le pourrait un GPS. "Seulement" des informations comme la couleur de la voiture ou son numéro d'immatriculation, bien que tout ceci n'ait pas été complètement détaillé par les autorités. 

Une pratique qui n'est pas sans en rappeler d'autres déjà en œuvre dans le pays, comme la reconnaissance faciale, qui est en Chine l'une des plus performantes au monde. En avril dernier, elle permettait d'ailleurs l'arrestation d'un suspect au milieu d'une foule de 50 000 personnes. Elle a également récemment fait son apparition dans certaines salles de classe du pays pour analyser le niveau de concentration et l'état émotionnel des élèves.

rfid_passif.png
Le détail du fonctionnement d'une puce RFID.
Wikipédia

Ce n'est pas la première fois qu'un pays met en place ce genre de méthodes : comme le rappelle The Verge, l'Inde, l'Afrique du Sud, le Brésil et Dubaï se servent également de puces RFID pour payer l'essence, le stationnement ou encore régler des amendes reçues pour infraction. Le Mexique serait également en passe d'adopter le même type de programme que la Chine.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.