Une reprise de la chanson "Twinkle Twinkle, Little Star", mais avec des instructions précises pour que les élèves puissent se réfugier en cas d'attaque.

Le 18 mai dernier, une fusillade avait lieu dans un lycée aux États-Unis (à Santa Fe, au Texas), et faisait 10 morts. C'était alors la 22e fois que ce genre d'événement tragique survenait dans une école américaine depuis le début de l’année 2018.

VOIR AUSSI : "Depuis la fusillade de Parkland, je ne me sens plus en sécurité à l’école"

Georgy Cohen, une maman américaine, visitait le 6 juin dernier une école maternelle à Somerville dans le Massachusetts, en vue de la prochaine rentrée scolaire de son enfant. Dans l'une des classes, une affiche accroché au mur a particulièrement attiré l'attention de la femme. 

"Ça ne devrait pas être accroché dans la future salle de classe de mon enfant". 

Alors que la comptine originale est "Twinkle Twinkle Little Star", une chanson tout à fait innocente pour enfants, les paroles ont ici été remplacées : "Ferme, ferme, ferme la porte. Éteins les lumières, ne dis rien. Va derrière ton bureau et cache-toi. Attends d'être en sécurité. Ferme, ferme, ferme la porte. C'est terminé. Maintenant, tu peux t'amuser !" Une reprise particulièrement glaçante, mais qui semble en adéquation avec les récents événements. 

Publiée sur Twitter, la photo a été retweetée plus de 36 000 fois, et a largement fait réagir les internautes. 

"Mes filles jouaient à la maîtresse le week-end dernier. Elles ont eu un cours de maths, un déjeuner, un moment lecture puis un exercice en cas de fusillade". 

"Je suis désolée pour vous. En Autriche, les enfants savent uniquement se préparer en cas d'alarme incendie. Ce qui représente en général une balade tranquille dans la cour de récréation. C'est ce qui devrait se passer."

Suite au succès de son tweet, la mère a tout simplement appelé les internautes à s'unir pour le contrôle des armes à feu dans son pays, en citant des associations telles que Everytown et Sandy Hook Promise

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.