L'ancien président des États-Unis est doué pour faire les gros titres.

Lundi 4 juin, Bill Clinton participait au Today Show, sur la chaîne américaine NBC. L'émission aurait pu donner lieu à une interview des plus classiques pour la parution de son nouveau roman, "The President is missing", co-écrit avec l'écrivain James Patterson. Mais la conversation a bifurqué sur le mouvement #MeToo, forçant Bill Clinton a aller sur des terrains risqués, jusqu'à ce qu'il s'exprime sur l'affaire Monica Lewinsky.

VOIR AUSSI : Bill Clinton va rencontrer Steven Spielberg et George Clooney (entre autres) pour choisir qui adaptera son livre au cinéma

"Vous, typiquement, vous avez ignoré les faits en décrivant cela et je parie que vous ne les connaissez même pas", a dit l'ex-président, l'air exaspéré, au présentateur Craig Melvin. "Cela a été plaidé il y a vingt ans. Les deux tiers des Américains m'ont soutenu."

À l'époque, Bill Clinton ne pensait pas qu'il devait personnellement présenter ses excuses à Monica Lewinsky. "Je ne lui ai jamais parlé, mais j'ai dit publiquement à plus d'une occasion que j'étais désolé. C'est très différent. Les excuses étaient publiques."

L'ancien président a également défendu son action en faveur des femmes. "J'ai lancé une politique contre le harcèlement sexuel lorsque j'étais gouverneur dans les années 80. J'avais deux femmes cheffes de cabinet quand j'étais gouverneur. Les femmes étaient surreprésentées dans mon bureau de procureur général dans les années 70. Je n'ai eu que des dirigeantes dans mon bureau depuis que j'ai quitté la présidence."

Clinton a également défié celui qui l'interviewait en lui demandant s'il pensait que les anciens présidents, notamment Kennedy et Johnson, auraient dû être démis de leurs fonctions pour avoir eu des relations extraconjugales.

"Les deux tiers des Américains m'ont soutenu"

"J'ai affronté cela il y a vingt ans et les Américains sont restés à mes côtés pour les deux tiers d'entre eux. Et j'ai essayé de faire du bon travail depuis dans ma vie et mon activité professionnelle."

Depuis, dix-neuf femmes ont accusé le président Trump d'agression sexuelle. L'actuel président américain s'est d'abord excusé de s'être vanté d'aimer attraper les femmes par leurs parties intimes, puis a prétendu que la bande sonore qui l'incrimine était un faux. Et alors que Bill Clinton est allé affronter la justice, la défense de Donald Trump cherche par tous les moyens à lui éviter un procès ou même la seule ouverture d'une enquête.

– Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.