Des paléontologues ont découvert des pellicules fossilisées chez un dinosaure ayant vécu il y a 125 millions d'années.

Nous vous présentons le microraptor. Avec ce nom-là, on s’imagine déjà quelque chose de vraiment très classe et puissant. Possédant des ailes sur ses quatre pattes et des épaisses plumes recouvrant presque l’ensemble de son corps, le microraptor aimait bien dévorer des petits oiseaux entiers, en un seul coup. On ne plaisantait pas, avec le microraptor. Pourtant, la chose la plus importante qu’il nous reste de ce dinosaure volant, ce sont ses pellicules. C’est quand même triste.

VOIR AUSSI : Ces immenses empreintes découvertes en Écosse appartenaient aux plus grands des dinosaures

Car, comme monsieur-tout-le-monde, certains dinosaures possédant de la fourrure ou du plumage avaient quelques petits problèmes "capillaires" et faisaient des pellicules. C'est ce que révèle une nouvelle étude publiée dans la revue Nature, le 25 mai, par des paléontologues de l'université de Cork, en Irlande.

https://www.youtube.com/watch?v=-fyxUxGdrns

L'équipe de chercheurs, dirigée par Maria McNamara, a retrouvé les pellicules dans la province du Liaoning, une province du nord-est de la Chine, connue pour ses nombreux gisements de fossiles anciens. La plus ancienne vient d'un microraptor ayant vécu il y a environ 125 millions d'années, durant la période du Crétacé inférieur.

Deux autres dinosaures à plume, le beipiaosaurus et le sinornithosaurus, ainsi qu'un oiseau préhistorique, le confuciusornis, ont également été analysés par les scientifiques. "Il y a eu une poussée d'évolution des dinosaures à plumes et des oiseaux à cette époque, et c'est excitant de voir la preuve que la peau des anciens oiseaux et dinosaures évoluait aussi rapidement en réponse à l'apparition de leur plumage," a affirmé le Dr McNamara lors de la présentation des résultats.

Selon eux, ces dinosaures perdaient leur peau par "petits flocons", note le Guardian. Les paléontologues supposent que les pellicules auraient évolué au milieu du Jurassique (la période précédant le Crétacé, entre 200 et 154 millions d'années). En observant les pellicules retrouvées sur le Microraptor, les chercheurs ont remarqué qu'elles étaient similaires à celles qu'on retrouve actuellement sur les oiseaux et les humains. Le processus de création de ce que nous appelons les pellicules (la perte des cellules mortes) est le même, mais le contenu de ces cellules, nommées cornéocytes, était différent. Celui des dinosaures était composé d'énormément de kératine, ce qui laisse penser que les dinosaures à plumes et les oiseaux primitifs ne se réchauffaient pas autant que les oiseaux actuels.

Merci, monsieur microraptor, pour vos pellicules fossilisées.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.