Les expatriés Irlandais n’ont pas le droit de voter au référendum sur l’avortement, vendredi, sauf s’ils rentrent en Irlande. De nombreux expatriés ont donc décidé de retourner chez eux pour participer à ce vote dont l’issue reste incertaine.

La législation irlandaise concernant l’avortement est l’une des plus restrictives en Europe, puisqu’elle l’interdit sauf si la vie de la mère est en danger, en vertu du 8e amendement de la Constitution. Celui-ci reconnaît ainsi le droit égal à la vie de la mère et de l’enfant à naître. Les femmes enfreignant la loi courent donc le risque d’aller en prison. Par conséquent, des milliers d’Irlandaises voyagent à l’étranger tous les ans pour avorter (3 265 d’entre elles se sont rendues au Royaume-Uni dans ce but en 2016).

VOIR AUSSI : Petit état des lieux de l'avortement en Europe, pays par pays

Lors du référendum, les Irlandais devront donc se prononcer sur l’abrogation ou le maintien du 8e amendement de la Constitution. Si le oui l’emporte, l’avortement sera autorisé sans condition jusqu’à douze semaines de grossesse.

Autre particularité de la loi irlandaise, ses citoyens n’ont pas le droit d’être inscrits sur les listes électorales lorsqu’ils vivent à l’étranger. Ils sont donc contraints de retourner en Irlande pour voter lors des élections ou des référendums.

Ceci explique pourquoi un hashtag a fait son apparition sur les réseaux sociaux ces derniers jours : #HomeToVote ("À la maison pour voter"). Sous ce hashtag, des centaines d’Irlandais vivant à Hong-Kong, à Buenos Aires ou encore à Toronto ont posté des messages indiquant qu’ils rentraient à la maison pour participer au référendum.

"1) De Newcastle à l’aéroport de Sydney avec 2 trains : 3 heures. 2) Avion pour Abu Dhabi : 16 heures. 3) Avion pour l’Irlande : 8,5 heures. Abroger le 8e amendement : inestimable. (Étape 1 : presqu’achevée)"

"Tellement, tellement triste de quitter le Costa Rica aujourd’hui pour un long voyage en direction de l’Irlande. Ça a été trois mois incroyables. Mais je suis ravie de l’avoir prévu [le voyage] pour pouvoir aller voter en faveur de l’abrogation."

screenshot-twitter.com-2018.05.24-16-04-28.jpeg
"Je soutiens le 8e amendement car les femmes et les bébés doivent être soutenus", "Je vais rentrer à la maison pour voter ‘non’ car la véritable égalité commence dans les utérus".
Twitter

"Et le voyage commence, en direction de l’Irlande", écrit cet internaute qui indique qu’il votera pour l’abrogation du 8e amendement :

"Coût des vols depuis Hanoï vers Dublin : 800 euros. Durée du voyage : 20 heures. Chance d’abroger le 8e amendement : inestimable."

"Eoin, un étudiant de Clare [au Canada], nous a envoyé cette photo lorsqu’il a quitté sa piaule étudiante pour rentrer à la maison pour voter."

"Je rentre à la maison pour voter ! Je vais faire 5 169 miles [8 318 km] de Los Angeles à Dublin et je penserai à toutes les femmes irlandaises qui ont dû voyager pour accéder à des services de santé qui devraient être accessibles dans leur propre pays. Faisons-le !"

Cette jeune fille affiche le message suivant : "Je rentre à la maison pour voter ‘non’ car personne ne devrait voir son droit à la vie lui être retiré."

Sur les réseaux sociaux, certains ont également indiqué qu’ils étaient prêts à aider les expatriés à rentrer chez eux à temps pour voter, en proposant de les transporter dans leur véhicule, via le hashtag #VoterMoter, voire même en proposant de payer leur transport.

"Je ne travaille pas ce vendredi, donc je peux conduire les gens aux bureaux de vote à Dublin toute la journée, si certains en ont besoin !" 

"Si vous allez voter ‘oui’, que vous vivez dans le centre, dans le nord-ouest ou dans l’ouest de Dublin, et que vous avez besoin d’être conduit à un bureau de vote vendredi matin, je serai ravi d’aider !"

"Je vais voyager de Galway vers Mullingar demain après-midi et j’aurai de la place pour trois personnes dans ma voiture, si quelqu’un a besoin d’une voiture pour rentrer à la maison pour voter. Je peux m’arrêter à Ballinasloe, Athlone, etc."

Ce n’est pas la première fois que le hashtag #HomeToVote est utilisé. En 2015, les Irlandais avaient dû se prononcer sur la légalisation du mariage homosexuel, également par référendum. Nombre d’entre eux s’étaient alors empressés de revenir pour faire entendre leur voix. Le mariage homosexuel avait alors été légalisé.

– Cet article a initialement été publié sur le site des Observateurs de France 24.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.