L'ambassade des États-Unis en Chine a émis une alerte sanitaire après qu'un employé du gouvernement américain a été victime d'une lésion cérébrale. Cet un incident rappelle les troubles auditifs suspects de diplomates à Cuba.

L’ambassade des États-Unis en Chine a lancé une enquête sur le cas d’un employé du gouvernement américain, victime d’une lésion cérébrale. Cette personne en poste dans la métropole de Canton souffre d'un traumatisme craniocérébral léger (TCCL), selon Jinnie Lee, la porte-parole de l'ambassade.

VOIR AUSSI : Des étranges "attaques acoustiques" frappent les diplomates américains à Cuba

L'alerte sanitaire a été envoyée par courriel aux citoyens américains résidant en Chine. L'ambassade dit ne pas connaître la raison des symptômes, ni savoir si d'autres cas sont à déplorer dans ce pays.

Des attaques acoustiques ?

Cette affaire est prise au sérieux car elle rappelle un précédent à Cuba. Les États-Unis avaient annoncé l'an passé que 24 diplomates américains et membres de leurs familles en poste dans ce pays avaient subi de mystérieuses "attaques acoustiques". Celles-ci auraient provoqué des pertes d'audition, des troubles cognitifs et du sommeil. Le Canada a également fait état de 10 personnes touchées par des troubles similaires. "Nous ne pouvons à l'heure actuelle lier (cet incident en Chine) à ce qui s'est passé à La Havane, mais nous étudions toutes les possibilités", a déclaré à Pékin un responsable de l'ambassade américaine ayant requis l'anonymat.

L'employé a subi "divers symptômes physiques" entre fin 2017 et avril 2018

L'employé concerné "a récemment fait état de sensations de bruit et de pression subtils, diffus, mais anormaux", peut-on lire dans l'alerte sanitaire. Il a subi "divers symptômes physiques" entre fin 2017 et avril 2018, selon Jinnie Lee, la porte-parole de l'ambassade. Rentré aux États-Unis, il a été diagnostiqué le 18 mai avec un traumatisme cranio-cérébral léger (TCCL).

"Le Département (d'État) prend cet incident très au sérieux et cherche à déterminer les causes et les effets de l'incident", a précisé Jinnie Lee. "Le gouvernement chinois nous a assuré qu'il enquêtait également et prenait les mesures adéquates."

Sur le cas de Cuba, Washington avait d'abord dénoncé des attaques acoustiques. Mais certains médias américains ont ensuite avancé que le FBI n'avait pas pu établir avec certitude la cause de ces maux. Des responsables du département d'État avaient toutefois insisté sur le fait que les indices allaient toujours dans le sens d'une attaque.

– Avec AFP

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.