Des chercheurs californiens nous proposent de jeter une oreille aux fonds marins de la baie de Monterey, en écoutant en direct, sur YouTube, les chants de baleines, dauphins et autres mammifères marins. La berceuse du soir idéale.

Vous êtes un grand fan d'ASMR, ces vidéos reproduisant tout un nombre de stimuli auditifs et que certains considèrent comme relaxants ? Vous allez alors probablement aimer cette initiative des scientifiques du Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI). Même si vous n'êtes pas adeptes d'ASMR, d'ailleurs.

VOIR AUSSI : Les baleines à bosse "chuchotent" avec leurs petits pour ne pas attirer les prédateurs

Depuis mercredi 25 avril, le centre de recherches californien propose d'écouter en direct, depuis YouTube, le son des fonds marins de la baie de Monterey, capté à plus de 900 mètres de profondeur. Grâce à un hydrophone installé en 2015, et à un système de câblage sous-marin appelé MARS, des chants de baleines, dauphins et autres mammifères marins, très présents sur la côte, sont disponibles pour nous autres créatures terrestres bipèdes – avec un léger différé de 20 minutes. 

Capable d'enregistrer des bruits d'une fréquence allant de 10 à 128 000 Hz, l'hydrophone est l'outil parfait pour capter – avec un peu de chance, et beaucoup de patience – les discussions sous-marines de nos voisins cétacés. Mais pas seulement : la douce musique créée par la pluie, le vent, et même quelques tremblements de terre, sont également enregistrés par l'appareil. En bref, il s'agit là de la bande-son idéale pour s'évader un peu, et s'imaginer le temps d'un instant à 3 000 mètres de toute civilisation.

dbpnyoqwaaad_po.jpg
L'hydrophone utilisé.
MBARI/Twitter

Pour les plus impatients d'entre nous, qui souhaiteraient éviter de s'endormir avec du simple crépitement ambiant, il est toujours possible d'accéder directement aux meilleurs extraits sonores récoltés par le MBARI, compilés juste ici. On ne peut que vivement vous recommander le chant, qui s'apparente à des grondements assez particuliers, de la baleine bleue, qu'il faut écouter au casque pour en saisir toute l'intensité. 

Ces enregistrements ne sont évidemment pas récoltés dans le seul but de nous divertir : grâce aux données transmises par l'hydrophone, les chercheurs pourront améliorer leurs connaissances au sujet de ces animaux, encore très mystérieux pour l'Homme. Il y a quelques jours encore, on découvrait par exemple que la baleine boréale changeait son chant en fonction des saisons, sans que l'on ne comprenne encore vraiment pourquoi. 

– Retrouvez l'article de Shannon Connellan sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.