Au troisième jour de sa visite d'État à Washington, Emmanuel Macron a exposé, en anglais, sa vision du monde devant le Congrès américain. Dans un discours offensif, il s’est notamment exprimé sur le climat, l’Iran et le multilatéralisme.

Climat, Iran, guerre commerciale... Emmanuel Macron a exposé, mercredi 25 avril, devant le Congrès américain, sans Donald Trump, sa propre vision du monde.

VOIR AUSSI : Pelle à la main, Donald Trump et Emmanuel Macron affichent leur complicité à Washington

Après avoir encensé l’amitié franco-américaine, Emmanuel Macron a abordé des dossiers qui divisent les deux pays, notamment l’environnement. Il a invité les Américains à "regarder les choses en face" : "Il n’y a pas de planète B", a-t-il scandé. Le chef d'État s'est dit persuadé que les États-Unis finiront par "rejoindre l'accord de Paris" sur le climat. Et de faire allusion à la décision prise il y a près d’un an par Donald Trump de sortir de cet accord.

"L’Iran ne doit jamais posséder d’arme nucléaire"

Dans un discours offensif régulièrement interrompu par des applaudissements et des ovations, il a aussi appelé les États-Unis à préserver le multilatéralisme à l'heure où Donald Trump pourrait prendre des décisions unilatérales sur l'Iran et le commerce, au grand dam de ses partenaires internationaux.

"Les États-Unis ont inventé le multilatéralisme, ils doivent le préserver", a-t-il déclaré. "Les guerres commerciales ne sont pas la réponse aux défis actuels", a-t-il souligné, estimant que des solutions acceptables pouvaient être trouvées par des négociations dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce.

Concernant l’Iran, le président français a affirmé que l’Iran ne possèderait "jamais" d’arme nucléaire, et a proposé un accord plus ambitieux que le texte actuel, honni par Donald Trump. "Notre objectif est clair : l’Iran ne doit jamais posséder d’arme nucléaire. Ni maintenant, ni dans cinq ans, ni dans dix ans. Jamais", a-t-il conclu.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.