Une plainte pour conspiration visant la Russie, l'équipe de campagne de Donald Trump et WikiLeaks a été déposée vendredi par le parti démocrate, qui les accuse de s'être concertés pour influencer la campagne présidentielle américaine.

Le parti démocrate américain a porté plainte contre la Russie, de hauts responsables de l'équipe de campagne de Donald Trump et WikiLeaks pour conspiration dans le but de perturber l'élection présidentielle de 2016, selon un document de justice rendu public vendredi 20 avril.

VOIR AUSSI : Cette vidéo d'Obama est la preuve qu'il faut TOUJOURS se méfier des "fake news"

Le parti démocrate accuse l'équipe de campagne de Donald Trump d'avoir conspiré avec le gouvernement russe et ses services de renseignements pour fragiliser sa candidate, Hillary Clinton, précise le document. Les noms de Donald Trump Jr., un des fils du président, de Jared Kushner, son gendre, ou de Roger Stone, un conseiller politique de longue date de Donald Trump, figurent sur le document de justice.

"Je viens juste d'entendre que la Campagne est poursuivie par les Démocrates Obstructionnistes", a tweeté plusieurs heures plus tard le président américain, qui a toujours démenti toute collusion avec Moscou. "Cela peut être une bonne nouvelle puisque nous allons maintenant répliquer", a promis Donald Trump, évoquant notamment "les serveurs du DNC" et de son ancienne présidente, ainsi que "les emails de Clinton".

Lors de la campagne, le site WikiLeaks, fondé par Julian Assange, a publié des courriers électroniques récupérés sur les serveurs du Parti démocrate et de John Podesta, qui dirigeait l'équipe de campagne d'Hillary Clinton.

Dans leur rapport déclassifié publié début janvier, la CIA, le FBI et la NSA (National Security Agency) affirment que ces cyberintrusions ont été l'œuvre du renseignement militaire russe (GRU) et que les données ainsi collectées ont été transmises à WikiLeaks. Au Sénat, l'enquête de la commission du Renseignement tente de déterminer qui a remis à WikiLeaks les 44 000 courriels et 17 000 documents attachés que le site a mis en ligne en juillet 2016, quatre mois avant le scrutin.

Moscou a nié toute ingérence dans l'élection présidentielle américaine de 2016. Donald Trump répète régulièrement qu'il n'y a eu aucune collusion entre son équipe de campagne et la Russie.

– Avec Reuters

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.