En étudiant un vase retrouvé dans un tombeau gaulois, des archéologues se sont rendus compte qu'en plus de contenir du vin, il renfermait... du cannabis.

Les sépultures regorgent souvent de trésors assez insolites : entre la présence d'amulettes estampillées "bonne année", de dessins fantastiques ou encore d'ancêtres de baskets Adidas aux côtés des morts, les découvertes se suivent sans forcément se ressembler. Et l'exposition "Sorties de fouilles" du musée Bargoin à Clermont-Ferrand nous le confirme. 

VOIR AUSSI : Un squelette vieux de 2 500 ans enveloppé dans un linceul de cannabis a été découvert en Chine

L'exposition, consacrée aux trouvailles des fouilles d'une équipe d'archéologues français réalisées en 2015 sur le site de la ZAC des Montels III à Cébazat (Puy-de-Dôme), présente divers restes humains.

Mais ce sont surtout les offrandes retrouvées à côté d'ossements qui ont intrigué les archéologues : en effet, des traces de cannabis ont été découvertes sur un vase balustre, un fait "très rare" selon la directrice adjointe du musée Bargoin Marie Bèche-Wittmann, interrogée par France 3 Auvergne Rhône-Alpes.

Dans ce vase, "on a une grande concentration de vin, associée à de la résine de conifère ce qui est assez courant pour l'époque puisqu'on buvait des vins résinés. Mais ce qui est beaucoup plus rare, voire très rare, c'est l'adjonction de psychotropes puisqu'ont été analysées des traces de cannabis."

Alors qui était ce Gaulois consommateur de cannabis ? Enterré à la fin du 2ème siècle av. J-C., le corps n'a pas été identifié comme étant masculin ou féminin. On sait seulement qu'il avait entre 40 et 60 ans à sa mort.

"On peut imaginer avec l'association du fait qu'il y a de l'écrit (sur le vase, NDLR) que c'est un personnage important", continue Marie Bèche-Wittmann, mais d'autres questions restent en suspens :  "Est-ce un personnage qui a un rôle dans l'aristocratie ou un rôle religieux ? Aujourd'hui, on ne peut pas trancher".

scepulture.jpg
Les ossements en question, accompagnés des offrandes.
L. Pastural, J. Jazeix, B. Courtine / France 3 Auvergne

Cette trouvaille n'est pas sans rappeler la découverte, en octobre 2016, d'un squelette enterré dans un linceul de cannabis, à Tourfan dans le nord-ouest de la Chine. La présence de cette plante pouvait, d'après les chercheurs, être à usage médical. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.