Ce sont les plus vieilles traces de pas découvertes en Amérique du Nord.

Imaginez un peu la scène. Vous êtes, avec votre bae et votre jeune fils, en train de marcher sur une plage de la Côte d’Azur, en mode petit short, sandales et lunettes de soleil. Et dans 13 000 ans, des scientifiques un peu étranges, avec des bras robotiques augmentés et des microscopes fixés sur les yeux, retrouvent vos traces de pas et décrètent que ce sont les plus vieilles du littoral méditerranéen. La classe, non ?

VOIR AUSSI : La découverte d'un village plusieurs fois millénaire bouleverse l'histoire du peuplement de l'Amérique

On plaisante, on plaisante, évidemment. Mais les découvertes réalisées sur une île de la côte de la Colombie-Britannique, dans l’ouest du Canada, ressemblent un peu à ce scénario. Des traces de pas vieilles de 13 000 ans y ont été découvertes, ce qui en fait les plus anciennes retrouvées sur le continent. Vraisemblablement, ces traces sont celles de deux adultes et d’un enfant qui marchaient pieds nus sur un sol argileux vers la fin du Pléistocène.

pieds3.png
Plos One

L’étude publiée dans la revue scientifique PLOS ONE, conduite par Duncan McLaren, professeur d’anthropologie de l’université de Victoria, explique que 29 empreintes de pieds ont été découvertes dans des sédiments lors de travaux d’excavation menés de 2014 à 2016. En utilisant la datation au carbone 14 sur des restes de bois incorporés à la glaise, les scientifiques ont déterminé que les traces de pas dataient d’entre 13 317 ans et 12 633 ans.

pieds.jpg
Trace de pied dans la glaise.
Douglas McLaren

Ces traces de pas apportent surtout la preuve que la région avait été libérée de sa dernière période glaciaire à ce moment-là. La question sous-jacente que soulèvent ces découvertes est évidemment de savoir quand et comment les hommes ont colonisé l’Amérique. Cette découverte accrédite un peu plus l’hypothèse selon laquelle les premiers hommes arrivés en Amérique du Nord ont migré d’Asie en empruntant un corridor terrestre le long de la côte, c’est-à-dire en utilisant le détroit de Béringie. D'autres scientifiques proposent néanmoins des solutions alternatives et plus anciennes au peuplement du continent.

Avec AFP

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.