Le président des États-Unis effectue actuellement son premier déplacement en Californie depuis sa prise de fonction. Dans ce bastion démocrate de la côte ouest, il a souhaité vanter son projet controversé de mur à la frontière mexicaine.

Mardi 13 mars, le président américain Donald Trump était à San Diego, première étape de sa visite en Californie, un État qui lui est frontalement opposé, tant sur l'environnement, le port d'armes, que sur l'immigration.

VOIR AUSSI : Le mur de Trump ne bloquerait pas seulement les hommes mais aussi les animaux

Donald Trump s'est notamment rendu à Otay Mesa, situé à deux pas de la frontière avec le Mexique, où ont été dressés huit prototypes de murs, composés de béton ou d'acier. Tous mesurent près de 9 mètres de haut.

Un appel d'offre est en cours, et le président américain s'est bien gardé de donner son favori mais il a regretté que six des huit prototypes ne soient pas transparents : "Il faut voir à travers, il faut voir ce qui se passe de l'autre côté du mur", a-t-il dit.

Mais c'est évidemment la question de savoir s'ils sont infranchissables qui a préoccupé Donald Trump : "Passer au-dessus d’un mur, c'est facile. Ce sont comme des alpinistes professionnels. Ce sont d'incroyables grimpeurs. lls ne peuvent grimper certains de ces murs, mais il y en a qu'ils peuvent. Ces derniers ne seront pas retenus."

Voici la séquence en vidéo : 

Cette visite était avant tout symbolique et politique car rien n'indique que ce mur sera, partiellement ou non, construit. Le Mexique a déjà fait part de son refus catégorique de financer sa construction et le Congrès américain n'a toujours pas débloqué le moindre centime pour un projet qui est évalué entre 4 et 20 milliards de dollars. 

"En Californie, nous sommes plus attachés aux ponts qu'aux murs"

Des centaintes de manifestants ont accueilli Donald Trump dans le "Golden State". À la veille de la visite du président, le gouverneur démocrate de l'État, Jerry Brown, lui a adressé une lettre ouverte rappelant que la Californie constitue la sixième économie du monde. Il soulignait que la prospérité de son État n'a pas été bâtie sur le "repli, bien au contraire", mais grâce à l'accueil "d'immigrants (...) venus des quatre coins du monde". "En Californie, nous sommes plus attachés aux ponts qu'aux murs."

 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.