Rome, ce paradis des archéologues. Surtout quand la ville se met en tête de construire une nouvelle ligne de métro et de creuser profondément le sol. L'histoire s'anime soudain.

Pour les archéologues officiant dans la région de Rome, la construction d’une nouvelle ligne de métro est toujours perçue comme une bénédiction. Car sous les pieds des Romains se dissimulent de véritables trésors historiques. Ces milliers de vestiges attendent simplement que les chercheurs tendent les bras – et creusent un peu.

VOIR AUSSI : Des gants de boxe de l’époque romaine ont été découverts près du mur d’Hadrien

La création de la ligne C du métro, débutée en 2007, et qui devrait encore se poursuivre jusqu'en 2020, a en effet permis de mettre au jour un nombre impressionnant de trésors archéologiques. Il faut dire que le fait que la ligne soit creusée à près de 30 mètres de profondeur contribue à l’exploration de zones souterraines encore inconnues.  

Au début de ce mois de mars, des archéologues affectés sur le chantier de la ligne – oui, des équipes de chercheurs sont officiellement mobilisées pour les travaux – ont découvert une petite caserne à proximité d'une domus, une demeure romaine que l'empeureur aurélienon peut comparer à une villa relativement luxueuse. Datant de l’époque de l’empereur Aurélien (IIIe siècle de notre ère), celle-ci avait aurait appartenu à un commandant de poste militaire. Voici quelques images du lieu

Ministère de la culture italien
rome2.jpg
Soprintendenza Speciale di Roma
rome3.jpg
Soprintendenza Speciale di Roma

En vérité, les archéologues sont d'abord tombés sur la caserne avant de découvrir, avec surprise, la qualité du logement. "Nous ne nous imaginions pas trouver une maison avec une cour centrale, dotée d'une fontaine et d'une quinzaine de chambres", raconte Simona Morreta, archéologue en charge du site, au New York Times.

rome4.jpg
Soprintendenza Speciale di Roma
house.jpg
Soprintendenza Speciale di Roma

Au printemps 2016, un autre camp militaire avait été découvert non loin du domus, c’est-à-dire à proximité de la future station de métro Amba Aradam – qui fait, au passage, référence à une victoire militaire des Italiens, mais au XXe siècle. Celui-ci était particulièrement immense, avec pas moins de 39 chambres reliées par un corridor, lui-même décoré de fresques et de mosaïques. Encore étudiée par les archéologues, cette caserne aurait été habitée par des soldats officiant sous l’empereur Hadrien.

rome6.jpg
Soprintendenza Speciale di Roma

Nombre de découvertes ont été faites depuis le début des travaux de cette ligne C, remontant toutes à des époques diverses. En 2008, une taverne et des maisons médiévales avaient par exemple été exhumées. La même année, un foyer abritant les ossements carbonnisés d'un chien avait aussi été exhumés. Enfin, décembre dernier, le New York Times expliquait également que des "pêches pétrifiées" avaient été découvertes à proximités d'ornements figurant des éléphants d’une espèce éteinte.

Quand des trésors d'histoire sont révélés par la construction de lignes de métro, quoi de plus naturel que de faire de ce même métro un musée accessible à tous ? La station San Giovanni, toujours sur la ligne C, expose désormais un certain nombre de trouvailles. Si vous passez par Rome…

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.