Le président américain envisage la naturalisation de près de deux millions de migrants entrés illégalement dans le pays, dont les "Dreamers". Il exige en échange le vote de crédits pour ériger le mur promis à la frontière avec le Mexique.

Donald Trump va proposer au Congrès une voie d'accès à la citoyenneté américaine pour 1,8 million de migrants entrés illégalement aux États-Unis, a indiqué jeudi 25 janvier la Maison Blanche. Une concession s'inscrivant dans un renforcement de la lutte contre les clandestins.

VOIR AUSSI : Cards Against Humanity a acheté un terrain à la frontière mexicaine pour empêcher Trump de construire son mur

Ce processus de naturalisation proposé, d'une durée de 10 à 12 ans, profitera aux 690 000 "Dreamers" (rêveurs), entrés illégalement sur sol américain avec leurs parents et protégés jusqu'en mars par le décret "Daca" signé par Barack Obama, ainsi qu'à ceux qui ne bénéficient pas de ce programme tout en y étant éligibles. Le Daca, qui a permis à de jeunes sans-papiers de travailler et d'étudier en toute légalité, a été abrogé par Donald Trump, jugeant qu'il n'était pas constitutionnel.

Ces annonces de la Maison Blanche sont les points centraux du projet sur l'immigration de la présidence Trump et susceptibles, selon elle, d'être acceptés par les démocrates comme les républicains, afin de mettre fin à des mois de bras de fer infructueux sur ce sujet sensible.

Demande de financement pour le mur à la frontière mexicaine

Les démocrates ont fait de ce dossier leur priorité absolue. Les républicains sont globalement d'accord pour régulariser les "Dreamers" mais le locataire de la Maison Blanche exige en échange le vote de crédits pour ériger un mur à la frontière avec le Mexique. Ce projet est l'une des promesses de campagne les plus controversées du président américain.

Donald Trump va ainsi demander un financement de 25 milliards de dollars au Congrès pour la construction d'un mur frontalier avec le Mexique. Après avoir promis de construire le mur sur les 3 200 kilomètres de frontière, il souligne désormais que nombre d'éléments faisant office de barrière naturelle, sa longueur sera nettement plus réduite. Mais il n'a jusqu'ici pas fourni d'estimation chiffrée.

– Avec AFP

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.