132 ans après sa création, le magazine Cosmopolitan marque son histoire en mettant pour la première fois une mannequin transgenre en une. Un engagement pour plus de visibilité de la communauté LGBT.

Petit à petit, le monde de la presse féminine et de la mode fait une place aux transgenres.

Pour son numéro de février, l’édition sud-africaine du Cosmpolitan fait poser en une l’actrice et icône trans Laverne Cox en body brillant. Une première dans l’histoire du magazine après plus d’un siècle d’existence.

VOIR AUSSI : L'Europe est encore bien loin d'atteindre l'égalité pour les LGBT

Sur son compte Instagram, l’héroïne de "Orange is the new black" s’est dit "honorée et fière" de faire cette couverture. "Les femmes trans ont le droit d’être aimées aux yeux de tous et dans la lumière", écrit-elle dans les pages du magazine. La rédactrice en chef en Afrique du Sud, Holly Meadows, a quant à elle expliqué : "Notre but était de jouer un petit rôle dans la visibilisation de la communauté LGBTQI+, dont Laverne est devenue une icône révolutionnaire. Nous voulons perturber les idées hétéronormatives autour de la Saint Valentin et parler de l’amour en 2018."

Avant ce pas en avant de Cosmopolitan, titre emblématique de la presse féminine, d’autres magazines avaient déjà mis en lumière des mannequins transgenres. En 2016, les hebdomadaires Elle Brésil et Elle Grande-Bretagne avaient fait poser les it-girls Valentina Sampaio et Hari Nef en couverture. L’édition espagnole de Marie-Claire avait photographié la top australo-bosnienne Andreja Pejic. En mars 2017, le magazine Vogue marquait enfin l’histoire de France avec la mannequin Valentina Sampaio.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.