L'acteur américain David Harbour, qui joue notamment le policier Jim Hopper dans la série "Stranger Things" de Netflix, est dans une période de défis. Le dernier en date va le conduire en Antarctique, aux côtés de Greenpeace, à la rencontre des manchots.

Il y a quelques jours, David Harbour s'est pris lui même au piège de devoir officier prochainement au mariage de fans. La demande lui avait été faite sur Twitter, il avait répondu qu'il le ferait si le tweet obtenait 125 000 retweets, ce qui fut chose faite.

VOIR AUSSI : "Stranger Things 2" : si vous saviez tout ce que fait Netflix pour que vous regardiez sa série

Maintenant, David Harbour a décidé de se servir de ses followers pour aller à la rencontre d'animaux mignons... mais menacés.

Tout a commencé par un tweet en forme de défi, dimanche soir : "Hey Greenpeace, combien de retweets pour m'envoyer dans un endroit où je pourrai dire aux couples de manchots empereurs qu'ils ont une incroyable idée de la parentalité ? Peut-être que le pourrais perfectionner la danse d'Hopper avec les mâles ?"

L'ONG lui a répondu en fixant un objectif : "Hum, si vous dépassez les 200 000, on demandera au capitaine si vous pouvez vous joindre à notre expédition en Antarctique et danser avec les manchots."

David Harbour a alors fait appel à ses 760 000 abonnés sur Twitter et dépassé l'objectif en quelques heures seulement :

Le capitaine de l'Arctic Sunrise, qui est actuellement en mer de Weddell en Antarctique pour mener des recherches scientifiques, a officialisé l'invitation peu après dans une vidéo où il réalise la "danse de Hopper" :

On se dit tout de même que cette opération de communication devait un brin avoir été préparée, et que l'année 2018 de David Harbour risque d'être chargée entre ce voyage en Antarctique, un mariage et le tournage de la saison 3 de "Stranger Things".

La création d’un sanctuaire en mer de Weddell, le cap de Greenpeace

En tout cas, David Harbour peut commencer à préparer des vêtements chauds pour devenir un ambassadeur de Greenpeace, qui souhaite la création d'un sanctuaire marin qui s'étendrait sur 1,8 million de kilomètres carrés en mer de Weddel. Cette zone constituerait un refuge pour plusieurs espèces de manchots, de baleines, des phoques mais aussi le krill, ces petites crevettes exploitées par la pêche industrielle qui se trouvent à la base de la chaîne alimentaire de tout l'écosystème marin.

En France, Greenpeace a lancé une pétition demandant aux autorités françaises de soutenir la création de ce sanctuaire lors de la réunion, prévue en octobre 2018, des États membres de la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.