Le président américain Donald Trump a fait sensation mercredi en annonçant que les États-Unis d'Amérique avaient livré des chasseurs F-52 à la Norvège. Or ce modèle d'avion n'existe pas IRL.

À chaque jour qui passe son lot de "fake news" de la part de Donald Trump. Mercredi 10 janvier, alors qu'il recevait la Première ministre de la Norvège à la Maison Blanche, le président américain s'est félicité de la livraison d'avions de chasse au pays scandinave, vantant la relation étroite en matière de défense entre Washington et Oslo.

VOIR AUSSI : L'armée américaine s'entraîne au combat dans des tunnels (et la Corée du Nord en serait truffée)

"En novembre, nous avons commencé la livraison des premiers avions de chasse F-52 et F-35", a dit Donald Trump en conférence de presse. "Il y en aura 52 au total et ils en ont déjà livré un certain nombre un peu en avance", a-t-il ajouté. Voilà la vidéo, regardez à partir de 3 min 25 s (en anglais) :

Il a dit F-52 ? S'agit-il d'un nouveau modèle capable de mettre à l'amende les avions russes ? Il s'avère que même les experts n'en ont jamais entendu parler. 

C'est normal.

Le F-52 n'existe en fait que dans "Call of Duty: Advanced Warfare"

Trump s'est en fait emêlé les pinceaux en lisant son texte, explique le Washington Post, qui a repéré cette histoire. Le président américain a associé le nombre 52 au "F" initial des modèles d'avions de chasse de l'armée américaine, comme le F-35 Lightning II. "Sait-il seulement lire ?", s'interrogeaient des confrères, on se repose la question.

Le constructeur américain Lockheed Martin a indiqué dans un communiqué que le gournement norvégien avait jusqu'ici autorisé l'achat de 40 F-35, et en avait déjà réceptionné 10. L'entreprise n'a pas précisé s'il y avait un programme pour construire des F-52.

L'attachée de presse de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sander n'a pas souhaité répondre à la question de savoir si Donald Trump était un fan de "Call of Duty". Mais qui sait, Donald Trump est peut-être un gamer ?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.