Produites à la chaîne, les baguettes molles des grandes surfaces ont contribué à modifier le goût des Français en matière de pain.

Ça suffit, le pain de mauvaise qualité. Le président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française, Dominique Anract, souhaite faire entrer la baguette française au patrimoine de l'Unesco. Pour cela, il est prévu qu'il rencontre Emmanuel Macron ce vendredi pour lui faire cette proposition, à l'occasion d’une réception à l’Élysée des maîtres boulangers pour l’Épiphanie.

VOIR AUSSI : Et si on l'utilisait aussi pour cuisiner ?

"Je vais demander au président de la République de soutenir notre démarche afin que la France puisse déposer un dossier à l’Unesco", a-t-il annoncé au Parisien, pressé que "l’un des principaux symboles français" soit reconnu à sa juste valeur. Il ajoute : "Je veux me battre pour que cette reconnaissance internationale protège la qualité de la baguette tradition".

La menace de la baguette de supermarché

Interviewé par la plateforme dédiée à l'actualité de la gastronomie, Atabula, le boulanger parisien regrette la baisse de qualité du pain français dès les années 70 "car tout le monde voulait aller vite et ne plus respecter le cycle naturel du produit". "Quand je vois la qualité du pain en grande surface, il n’est pas possible de ne pas s’indigner. Le pain est congelé, il vient parfois de Roumanie ou de je ne sais où, rien n’est fait dans les règles de l’art", se révolte-t-il.

En effet, le fait que les supermarchés soient de plus en plus nombreux à proposer un coin boulangerie a contribué à changer le goût des Français en matière de pain. Face à la multiplication des marques de pain de mie et la mollesse des baguettes produites à la chaîne en supermarché, nous serions de plus en plus nombreux à ne plus savoir apprécier une baguette croustillante et faite dans les vraies règles de l'art. Plus largement, la mollesse des aliments (mais aussi le gras et le sucré) serai(en)t devenu(e)s des valeurs refuges en ces temps d'austérité et d'ultralibéralisme.

pain-tradition.jpg
Dorling Kindersley

"Pas trop cuite, s'il vous plaît" est donc une phrase que l'on entend donc de plus en plus souvent dans les files d'attente à la boulangerie. "Le ramollissement de la baguette est malheureusement une réalité", remarque Rémi Héluin, blogueur passionné de pain qui officie sur sa plateforme painrisien.com.

Il est urgent que cela change, selon Dominique Anract : "L’inscription de la baguette de tradition française doit permettre à tous les Français de prendre conscience de l’importance symbolique et alimentaire de ce produit du quotidien. Qu’ils fassent le bon choix : arrêter d’aller acheter leur pain en grande surface et qu’il favorise l’artisan-boulanger", espère-t-il toujours dans les colonnes d'Atabula.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.