Alors que le Royaume-Uni a refusé d'accorder à Julian Assange le statut diplomatique, l'Équateur a annoncé, jeudi, avoir naturalisé le fondateur de WikiLeaks. L'homme est réfugié depuis plus de cinq années à l'ambassade d'Équateur à Londres.

Le Royaume-Uni a refusé d'accorder un statut diplomatique au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, qui a obtenu la nationalité équatorienne au mois de décembre dernier, a annoncé, jeudi 11 janvier la diplomatie de Quito. L'Australien est réfugié depuis plus de cinq ans à l'ambassade d'Équateur à Londres.

VOIR AUSSI : L’arrestation de Julian Assange est une "priorité" pour Washington

La justice suédoise, qui voulait l'entendre dans le cadre d'une enquête sur des accusations de viol portées contre lui, a finalement clos ce dossier en mai dernier.

Toutefois, le Royaume-Uni veut l'arrêter s'il sort de l'ambassade, lui reprochant de n'avoir pas respecté ses engagements envers la justice britannique.

Julian Assange, qui a toujours nié les accusations de viol, a refusé d'être extradé vers la Suède de peur d'être ensuite remis aux États-Unis, où la justice pourrait le poursuivre pour la publication en 2010 de centaines de milliers de documents
confidentiels américains.

Une solution "digne et juste"

"Le gouvernement de l'Équateur a demandé qu'Assange jouisse d'un statut diplomatique au Royaume-Uni", a déclaré jeudi un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères.

"Le Royaume-Uni n'a pas accédé à cette requête et il n'y a pas de discussions avec l'Équateur à ce sujet", a-t-il ajouté. "L'Équateur sait que le moyen de régler cette question, c'est que Julian Assange quitte l'ambassade et se présente à la
justice."

À Quito, la ministre équatorienne des Affaires étrangères, Maria Fernanda Espinosa, a annoncé qu'Assange avait obtenu le 12 décembre dernier la nationalité équatorienne et a souhaité une solution "digne et juste" de cette affaire.

Julian Assange, a poursuivi la ministre, ne quittera pas l'ambassade d'Équateur à Londres tant qu'il n'aura pas obtenu des garanties sur sa liberté.

– Avec Reuters

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.