Le président des États-Unis, qui a l'expression "fake news" facile sur Twitter, va organiser une cérémonie de remise de prix entièrement dédiée aux médias "les plus malhonnêtes et corrompus".

Tout a commencé le 3 janvier 2018. Visiblement bien remis de son réveillon, Donald Trump s'est empressé d'annoncer sur Twitter qu'il allait décerner "les prix des médias les plus malhonnêtes et corrompus de l'année". Une nouvelle déclaration ahurissante pour le président des États-Unis, qui continue de faire des siennes sur le réseau social, en toute impunité

VOIR AUSSI : Twitter ne supprimera pas les propos polémiques de Donald Trump et d'autres dirigeants politiques

Annoncée pour le lundi 8 janvier à 17 heures, la remise des prix a finalement été décalée au mercredi 17 janvier prochain, avec toujours cet enthousiasme inquiétant de la part de Donald Trump.

"Je désignerai les médias les plus malhonnêtes et corrompus de l'année, lundi à 5 heures du matin. Il s'agira d'honorer la malhonnêteté et le mauvais journalisme dans plusieurs catégories de la part des médias "Fake News". Restez connectés !"

Si plusieurs avaient pu croire à une farce, ce n'en était donc pas une :

"Les "Fake News Awards", ceux qui seront décernés aux médias mainstream les plus corrumpus et biaisés, seront présentés aux perdants le mercredi 17 janvier plutôt que ce lundi. L'intérêt et l'importance de ces récompenses est bien plus grande que n'importe qui aurait pu imaginer."

On imagine que CNN, le New York Times ou encore le Washington Post auront une place de choix.

Des humoristes se battent pour gagner

Mais depuis l'annonce de cette cérémonie, plusieurs animateurs américains ont répondu au président avec classe et ironie, comme Trevor Noah du "Daily Show", qui a pour l'occasion acheté une pleine page du New York Times dans le seul but de vanter les qualités de son émission comme "média le plus malhonnête et corrompu" :

Stephen Colbert, du "Late Show" sur CBS, a également lancé sa petite campagne de participation directement via son compte Twitter, dans un montage digne des films de cinéma en compétition lors des festivals :

Depuis la sortie vendredi 5 janvier du livre-brûlot sur la première année de présidence de Donald Trump, le milliardaire est encore plus déchaîné que d'habitude sur Twitter : samedi 6 janvier, il s'est d'ailleurs lui-même défini comme "un génie très stable" sur le réseau social, en réponse à ceux qui s'interrogent sur sa santé mentale.

Toujours plus loin.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.