Collante et élastique, la préparation de riz gluante peut entraîner des suffocations si elle est mâchée trop rapidement.

À chaque fête de fin d'année son lot d'accidents domestiques. Le doigt qui glisse à l'ouverture d'une huître, le bouchon de champagne qui percute un œil... sont autant de grands classiques des nuits aux urgences à l'hôpital. Au Japon, le réveillon du Nouvel An va plus loin encore, en provoquant à chaque fois des décès – on dénombre déjà deux morts et plusieurs personnes se trouvant dans un état critique cette année. En cause : une consommation de mochi, rapide et en grande quantité, qui s'accompagne chaque année de suffocations en série.

VOIR AUSSI : Cette bulle d'eau qui nous vient du Japon est le dessert du futur

Cette préparation à base de riz gluant est connue pour sa viscosité. "Sa préparation constitue un rite festif, et il est courant de voir fabriquer les mochi, en pleine rue, ou en public. Les Japonais consomment en moyenne un kilo de mochi par an, pour l’essentiel début janvier", indique Euronews qui a également documenté en vidéo à 360° la confection des fameuses gourmandises. On y apprend notamment que pour obtenir un mochi, il faut d'abord cuire le riz à la vapeur puis le piler et l'écraser :

Risque accru chez les enfants et les personnes âgées

Le gâteau qui se mange avec des recettes sucrées comme salées présente une texture élastique et collante. Pour bien l'avaler, il est important de prendre le temps de le déguster en petite bouchée puis de mâcher.

Un mochi avalé trop rapidement peut se retrouver coincé dans la gorge et étouffer la personne qui le consomme. Selon des médias japonaise, 90 % des personnes qui s'étouffent avec un mochi ont au moins 65 ans. Chaque année, les autorités publiques alertent sur les dangers d'une mauvaise mastication.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.