Alors que Donald Trump a mis en péril l'accueil des réfugiés aux États-Unis, cette vidéo d'animation alerte sur le sort des migrants avec un témoignage fort.

Le voyage de Layla a été tout sauf facile.

Elle est une réfugiée venue d’une région de Somalie, juste à l’est de l’Ethiopie, qu’elle et son mari ont fui à cause du conflit entre ces deux pays au début des années 2000. Ils pensaient avoir trouvé refuge en Arabie saoudite, où ils ont eu leurs enfants et ont vécu pendant sept ans. Mais ça, c’était jusqu’à ce que le mari de Layla soit expulsé en 2010. Les employeurs de Layla ont alors aidé sa famille à fuir pour la Syrie – laissant derrière elle son mari, contraint de retourner en Somalie.

"J’ai alors commencé une nouvelle vie", raconte Layla. "Mes enfants ont un peu suivi l’école à la maison."

VOIR AUSSI : Ces images satellites avant/après montrent l'afflux démesuré de réfugiés Rohingyas au Bangladesh

Mais avant qu’elle ne puisse vraiment s’installer, la guerre civile a éclaté en Syrie, faisant du pays le lieu d’une des pires crises humanitaires de notre époque. Layla a alors pris la difficile décision de fuir à nouveau le pays où vivait sa famille, rejoignant la frontière turque après deux à trois jours de marche à pied. Alors qu’elle venait d’obtenir une carte de résident là-bas, Layla a appris la mort de son mari.

Retrouver le sentiment de sécurité

Malgré ces épreuves atroces, l’histoire de Layla se termine sur une happy end qu’elle peut raconter dans cette vidéo mise en ligne par l'International Refugee Assistance Project (IRAP), une ONG américaine de défense des réfugiés à travers le monde.

Avec l’aide de l’IRAP, Layla et sa famille sont désormais installées dans le Maine, aux États-Unis, où ils éprouvent enfin le sentiment de stabilité et de sécurité.

"Le Maine est si beau", décrit la voix de Layla dans ce film d’animation produit par l’agence Wondros. "Je m’y sens à la maison, et encore mieux que ma maison, je m’y sens en sécurité."

L’IRAP a mis en ligne le témoignage percutant de Layla mercredi 20 décembre 2017 avec un message fort : le programme américain d’accueil des réfugiés est menacé.

Les restrictions décidées par le muslim ban de l’administration Trump ont contraint ce programme à l’arrêt pour les réfugiés venus de onze pays à la population en majorité musulmane. La cour de justice de Seattle a ouvert jeudi 21 décembre un procès qui oppose le Président des États-Unis à l’association Jewish Family Service dans le cadre d’un recours collectif déposé par de nombreuses ONG parmi lesquelles l’IRAP après l’entrée en vigueur de ce décret.

La menace du muslim ban

"Le message qu’on essaie de faire passer avec le témoignage de Layla, qui a déjà été relogée, c’est que si ces restrictions avaient été en place, sa famille n’aurait jamais pu trouver la sécurité", explique à Mashable Sarah Blume, chargée de communication à l’IRAP.

L’IRAP se bat contre le décret anti-immigration notamment parce qu’il a fait lourdement rétrograder leur solide programme d’accueil de réfugiés. Donald Trump a fait baisser le quota d’accueil de 110 000 à 45 000 réfugiés, le nombre le plus bas jamais atteint depuis des décennies.

VOIR AUSSI : Ces "dangereux" grands-parents d'Iran, de Syrie ou de Libye dont Donald Trump ne veut pas aux États-Unis

"Les États-Unis ont toujours été un exemple pour l’accueil des réfugiés, une sorte de leader humanitaire de par le nombre de réfugiés que nous avons reçus", poursuit Sarah Blume. "Et au-delà de ça, on a l’impression que ces nouvelles restrictions vont rendre encore plus difficile la prise en charge de ce nombre même réduit."

Tout espoir n’est pas perdu. En plus de ces multiples batailles légales contre le muslim ban, Sarah Blume et l’IRAP espèrent que cette vidéo et l’histoire de Layla encourageront les internautes à partager leurs voix, et à prendre position contre les discriminations envers les réfugiés et les musulmans aux États-Unis et ailleurs.

Pour aider ces organisations, vous pouvez faire un don ou vous renseigner sur les différents moyens de prendre part à leurs actions. Si vous souhaitez connaître les différentes associations qui viennent en aide aux migrants, réfugiés et demandeurs d’asile en France, on vous conseille d’aller jeter un œil à cette liste non-exhaustive des principales structures recensées par nos confrères du site InfoMigrants.

– Adapté par Louise Wessbecher. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.