France 24 est allée à la rencontre des citoyens européens installés au Royaume-Uni afin de savoir comment, depuis le Brexit, ils envisageaient leur avenir sur le sol britannique. Voici la série de cinq reportages.

Durant une semaine, nos reporters sont partis à la rencontre des citoyens européens installés au Royaume-Uni, où, depuis le Brexit, leur présence est devenue incertaine. Comment appréhendent-ils leur avenir sur le sol britannique ?

VOIR AUSSI : Avec le Brexit les universités britanniques redoutent une censure de leurs programmes

La rédaction de France 24 vous propose une série de cinq reportages pour mieux comprendre les difficultés que rencontrent les ressortissants européens.

1. Des familles divisées

Près de 3,2 millions de citoyens européens sont installés au Royaume-Uni. Beaucoup y vivent depuis longtemps, ils y ont fondé des familles et leurs enfants y ont grandi. Aujourd'hui, leur crainte est de perdre leurs droits lorsque le Brexit sera appliqué. Si, début décembre, un accord semble avoir été trouvé sur leur statut, beaucoup pensent au départ...

2. Crise du recrutement à l’hôpital

L'incertitude liée au Brexit pousse le personnel européen des hôpitaux britanniques à quitter le Royaume-Uni...

3. Les Polonais discriminés

Dans les jours qui ont suivi le référendum de sortie de l'Union européenne, les agressions et les actes racistes à l'encontre des Polonais se sont multipliés. Cette communauté, importante au Royaume-Uni, est devenue le bouc émissaire pour les pro-Brexit les plus radicaux, au point que les Polonais ne se sentent plus les bienvenus.

4. Investir à Londres : les Français en plein doute

Nous nous penchons sur ces Français installés au Royaume Uni. Ils sont plus de 300 000 à y vivre, la majorité à Londres. Beaucoup y viennent pour faire des affaires, voire lancer leur entreprise dans le numérique ou encore la finance. La décision du Royaume-Uni va-t-elle réfréner leurs ardeurs ? Londres va-t-elle rester cet Eldorado pour jeunes ambitieux ?

5. Des Anglais se mobilisent contre l’apathie nationale

Près de 50 % du corps électoral au Royaume-Uni a voté contre le Brexit. Dix-huit mois après le vote, certains continuent de se mobiliser pour obtenir un deuxième référendum ou pour faire pression sur les négociations avec l'Union européenne. Mais ils sont peu nombreux. Au grand dam des Européens installés au Royaume-Uni, dont l'avenir dans le pays est en suspens depuis ce vote. Plus que de l'inquiétude, beaucoup ont vécu le Brexit comme une humiliation.

– Article initialement publié sur France 24.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.