D'après une étude, l'utilisation des ambulances a baissé aux États-Unis depuis l'arrivée des VTC, souvent moins chers que les services médicaux professionnels.

Quand vous avez besoin d’aller à l'hôpital, vous préférez appeler le samu ou commander un Uber ? Cela peut sembler être une question idiote, mais une récente étude révèle que l’utilisation des ambulances a baissé significativement aux États-Unis. Et les chercheurs pensent que c’est de la faute des entreprises de VTC comme Uber.

VOIR AUSSI : Uber avoue s'être fait voler les données de 57 millions d'utilisateurs en 2016 et avoir tenté de le cacher

L’étude, publiée mercredi 13 décembre, est signée par David Slusky, un professeur d'économie de l’Université du Kansas, et Leon Moskatel, de l'hôpital Scripps Mercy. Les deux chercheurs ont comparé le nombre de commandes d'ambulance dans 766 villes américaines, en 2013 (avant l’arrivée d’Uber) et en 2015. Après avoir étudié les données recueillies, les chercheurs ont conclu que l’arrivée d’Uber dans une ville réduisait "le volume d’utilisation des ambulances d’au moins 7 %". 

Comment ? Eh bien, et même si un Uber n'est pas (encore) fourni avec deux infirmiers professionnels, les deux chercheurs notent que les coûts des trajets en ambulance – qui atteignent parfois les milliers de dollars – rendent le service peu intéressant et sont susceptibles de pousser les gens à trouver un moyen de transport alternatif. 

À la différence de la France, le coût d’une ambulance aux États-Unis n’est pas encadré et n’est pas automatiquement remboursé par les mutuelles. "Ces gens doivent d’abord penser à leur santé – et combien cela leur coûtera", explique David Slusky à The Mercury News

Uber n'est pas un service public

Les appli comme Uber ou Lyft permettent également aux passagers de choisir leur hôpital préféré, plutôt que d’être conduit directement au plus proche. Suivant la localisation du chauffeur, et la distance de la course, l’attente peut même parfois être plus courte que celle d’une ambulance.

"Nous sommes heureux que notre service ait pu aider des gens à se rendre à leur destination quand ils en avaient le plus besoin", a réagi Andrew Hasbun, le porte-parole d’Uber. "Mais notre service n’est pas un substitut pour les policiers ou les personnels médicaux. Dans le cas d’une réelle urgence, nous encourageons toujours les gens à appeler le 911".

– Adapté par Fabien Jannic-Cherbonnel. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.