Le télescope spatial Kepler, armé du "machine learning" et d'une intelligence artificielle, a dégoté une nouvelle exoplanète dans un système planétaire à plus de 2 500 années-lumière de nous.

Si une chose est sûre, c'est que la NASA sait créer la hype. Depuis une bonne semaine, les médias et les passionnés se demandaient ce que pourrait être l'annonce du jour : des nouvelles de Trappist-1 ? Une galaxie peuplée de Porgs ou d'Ewoks ? Non, c'est le téléscope spatial Kepler qui, avec l'aide de technologies de machine learning développées par Google, a permis de découvrir une nouvelle exoplanète dans le système planétaire Kepler-90.

VOIR AUSSI : Voici une photographie de la naissance de l'espace

Cela fait de Kepler-90 le premier système à avoir autant de planètes que le nôtre, a annoncé l'agence spatiale américaine ce jeudi 14 décembre à 29 h, heure française. L'étude va être publiée dans la revue The Astronomical Journal mais elle est déà disponible en version pre-print. "En utilisant une technologie avancée appelée neural network ("réseau neuronal", en français), pour la première fois, nous avons découvert une huitième planète dans un système planétaire éloigné", explique Paul Hertz, directeur de la division d'astrophysique de la NASA à Washington. "Cette découverte met en concurrence Kepler-90 et notre propre système solaire pour avoir le plus de planètes connues." 

La découverte a été permise grâce aux technologies de machine learning de Google, qui permettent à une intelligence artificielle de fouiller et d'apprendre par elle-même avec les données à sa disposition. Elle a traqué et détecté les exoplanètes à partir d'un échantillon de 15 000 enregistrements. Ces données, récupérées par le téléscope spatial Kepler, qui a trouvé plusieurs millers de nouvelles planètes depuis 2009, correspondent à 4 ans d'observation et à 35 000 signaux faibles envoyés depuis l'espace. Avec l'aide du machine learning, Kepler arrive désormais à déterminer de façon automatique si un signal correspond à celui d'une exoplanète ou non, avec un taux de réussite de 96 %, comme l'explique Chris Shallue, de Google AI, dans un article de blog.

Sa trouvaille la plus récente est donc l'exoplanète Kepler-90i, située à 2 545 années-lumière de la Terre. Elle orbite autour de Kepler-90, une naine jaune de la constellation du dragon qui a pour elle le rôle du Soleil, à une distance assez similaire (mais un peu plus proche) que la Terre vis-à-vis du Soleil. Est-il possible que Kepler 90i héberge la vie ? C'est peu probable à l'heure actuelle, puisqu'il y fait environ 400 °C. Mais il est tout à fait envisageable qu'elle en ait abrité par le passé.

kepler5.jpg
NASA

Au passage, la NASA réalisera un Ask Me Anything sur Reddit ce jeudi soir à 21 heure. Et nous, on vous reparle de Kepler-90i très bientôt. 

Queque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.